Estebanez : « Le XV se rapprochera toujours plus du XIII... »

  • Fabrice ESTEBANEZ coach of France  during the U20 Six Nations match between France and Italy on February 7, 2020 in Aix-en-Provence, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Fabrice ESTEBANEZ
    Fabrice ESTEBANEZ coach of France during the U20 Six Nations match between France and Italy on February 7, 2020 in Aix-en-Provence, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Fabrice ESTEBANEZ Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Fabrice Estebanez – Entraîneur de l’équipe de France U20

Quel a été votre premier sentiment, à la lecture des règles "temporaires et facultatives" proposées par World Rugby ?

Quand tu regardes toutes ces règles, je ne sais pas si c’est seulement parce que la covid-19 est passée par là, mais l’idée est clairement de limiter les phases d’affrontement collectif. Ce qui saute aux yeux, c’est que le nombre de mêlées promet d’être drastiquement diminué, qu’il y aura moins d’arrêts de jeu. Ce sont les pilards qui ne vont pas être contents…

Que voulez-vous dire ?

Le pied-frein, je n’ai pas assez joué devant pour pouvoir dire ce que cela peut apporter ou non. Plus de stabilité, j’imagine… Ce que je sais c’est que les mêlées et les ballons portés (auxquels on touche aussi, puisqu’on veut les interdire de repartir après un premier arrêt, ou empêcher des joueurs de le rejoindre), ce sont quand même des situations assez emblématiques de notre sport. Et quand on a un œil de connaisseur, franchement, c’est quand même beau à voir. La spécificité du rugby à XV, c’est d’être un sport de combat collectif, le seul jeu où des joueurs peuvent se lier pour affronter une adversité ensemble. Donc, limiter ces situations, c’est forcément dénaturer notre sport…

Mais on a tellement pu regretter le temps perdu à faire et refaire des mêlées…

Il y a quand même des choses intéressantes, je le reconnais ! Je me mets à la place des téléspectateurs : c’est forcément frustrant de voir des séries de 6, 7 mêlées qui s’effondrent. Mais d’un autre côté, une équipe qui dispose d’une mêlée conquérante va forcément se sentir lésée par ces nouvelles règles.

Quid du carton orange ?

Ça, par contre, c’est bien. Tout ce qui va dans le sens de la sécurité des joueurs, on ne peut être que pour. Cela obligera les joueurs à faire encore plus attention à bien plaquer à la taille, et permettra logiquement de jouer encore plus après contact.

D’un point de vue plus global, on a l’impression que ces règles tendent à rapprocher plus encore le rugby à XV de son cousin le rugby à XIII. Un entraîneur comme vous doit y voir des passerelles, non ?

C’est sûr que les coachs qui ont la chance d’avoir un club comme champ d’expression vont avoir matière à réflexion sur ce sujet-là, et devraient se régaler… C’est un beau projet à mener, qui donne plein d’idées. Les faits sont là : cela fait quelques décennies que le XV se rapproche de ce rugby-là. Il y a eu l’arrivée des leurres au début des années 2000, la généralisation du jeu au pied offensif pour enfermer l’adversaire ces dernières années… Est-ce conscient ou pas, volontaire ou pas, mais ces règles semblent en effet accélérer le processus, et il y a vraiment matière à travailler. Les rucks joués en moins de trois secondes, cela se rapproche plus ou moins d’un tenu. Les renvois sous les poteaux, c’est un copié-collé de ce qui se fait déjà à XIII, et l’interdiction des plaquages bloquants aussi, puisqu’à XIII on ne peut pas opposer plus de deux joueurs au porteur de balle… Je sais par ailleurs qu’en Australie, avant la pandémie, ils devaient tester dans le championnat de clubs une adaptation de la règle du 40-20 qu’ils souhaitaient transformer en 50-22… De toute façon, avec moins de mêlées et plus de temps de jeu effectif, le XV se rapprochera toujours plus du XIII.

Au final, comment vous prononcez-vous par rapport à ces nouvelles règles ?

Je suis mitigé. Parce qu’au-delà du côté symbolique du fait que l’on touche à la mêlée, je sais par expérience que ces ballons-là sont les plus durs à défendre pour un trois-quarts. Avec moins de mêlées, on a donc mathématiquement moins de chances de marquer des essais en première main, par exemple. Et puis, si l’on se retrouve à des matchs à un temps de jeu effectif encore plus important, cela voudra-t-il dire qu’il faudra encore plus de joueurs sur les feuilles de match ? Je sais bien qu’on demande déjà beaucoup aux piliers modernes, à l’exemple d’un Mohaed Houas qui est capable de cavaler pendant 80 minutes. Mais là, ça risque de faire un peu trop…

Voir les commentaires
Réagir