Le travail de Florian Grill est plébiscité par ses administrés d'Île-de-France

  • Florian Grill
    Florian Grill
Publié le / Mis à jour le

Comme attendu, c’est un raz-de-marée électoral qui porte en Ile de France la candidature de Florian Grill. Mais cela sera-t-il suffisant ? difficile a croire...

De ce que l’on sait, le clan Laporte avait un temps pensé gagner du terrain en Ile de France, l’une des treize ligues que compte aujourd’hui la Fédération Française de Rugby. Il n’en sera rien. De notre large consultation, il ressort en effet que l’enfant de la capitale Florian Grill (son entreprise de communication est basée dans le dixième arrondissement parisien) raflera donc l’immense majorité des suffrages au sein d’un territoire qu’il connaît sur le bout des doigts, pour y battre le pavé depuis presque trente ans désormais. Florian Grill, président de la Ligue Ile de France, aime visiblement ses clubs et ceux-ci le lui rendent bien. "Florian Grill est un homme droit, brillant et compétent, nous a soufflé un président de l’Essonne la semaine dernière. Il est très proche de nous, connaît nos problématiques et ferait vraiment un excellent président de fédération, je pense".

Proche des clubs franciliens

Le patron d’un club de Seine-Saint Denis, au téléphone, allait peu ou prou dans le même sens : "Le côté bling-bling de l’équipe de Bernard Laporte ne me convient pas. Il est temps de revenir à quelque chose de plus authentique et Florian Grill, qui est un enfant du monde amateur, peut nous conduire sur cette nouvelle voie". De Grill, les présidents de l’Ile de France apprécient visiblement le côté "pater familias", le dévouement quasi sacrificiel d’un président de région passant ses week-ends à sillonner son territoire pour "manger" du rugby amateur et ce malgré un emploi du temps chargé de chef d’entreprise. Alors, Bernard Laporte a-t-il des soutiens au pays de son rival ? C’est l’évidence mais, si l’on se fie aux quelques dizaines de coups de téléphone que l’on a passés la semaine dernière, ceux-ci se comptent vraisemblablement sur le doigt d’une main…

Un modèle régional transposable à la fédé ?

En Ile de France, Florian Grill est connu de tous et ne souffre donc pas du déficit d’image (et de l’étiquette parisienne, le rugby restant quoi qu’on en dise un sport majoritairement rural) qui pourrait le handicaper dans sa course à la présidence, sur les autres territoires du rugby français. Mais que représente l’Ile de France en 2020 ? Si le comité "IDF" fut des années durant le plus gros de France en termes de licenciés, le nouveau découpage de la carte du rugby en treize "maxi entités" place aujourd’hui la ligue dirigée par Florian Grill à la quatrième place sur l’échiquier hexagonal derrière l’Occitanie (22 % des licenciés), la Nouvelle-Aquitaine (18 % des licenciés) et Auvergne-Rhône Alpes (16 % des licenciés).

Pour l’ancien bras droit de Pierre Camou et ses colistiers (Jean-Marc Lhermet, Fabien Pelous, Eric Champ, Serge Blanco et Jean-Claude Skrela, pour ne citer que les plus connus), il s’agira désormais de gagner des batailles sur les territoires détenus par Bernard Laporte et convaincre les indécis -ils sont très nombreux- que le modèle de la ligue Ile de France reste transposable au paquebot fédéral. Au printemps, il reste donc cinq mois à l’ancien deuxième ligne de Boulogne-Billancourt pour inverser la tendance et faire mentir notre sondage. Y parviendra-t-il ? Aujourd’hui plus qu’hier, la question reste entière…

Voir les commentaires
Réagir