Tuilagi sur le marché ?

  • England's Manu Tuilagi 


Photo by Icon Sport - Manu TUILAGI - Wembley Stadium - Londres (Angleterre)
    England's Manu Tuilagi Photo by Icon Sport - Manu TUILAGI - Wembley Stadium - Londres (Angleterre) PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les négociations sur les baisses des salaires s’enlisent notamment à Leicester, où un ultimatum avait été fixé à mardi soir. Tuilagi, qui n’a pas trouvé d’accord, pourrait être libéré de son contrat.

C’est l’une des sensations de la semaine outre-Manche : Manu Tuilagi, joueur historique des Leicester Tigers où il évolue depuis le début de sa carrière et parmi les meilleurs trois-quarts centre de la planète rugby à l’heure actuelle, pourrait se trouver précipité sur le marché des transferts. En difficulté financière, Leicester avait déclenché des négociations pour une baisse des salaires voilà bientôt deux mois. Lesquelles se sont enlisé, au fil du temps, au point que le club anglais avait posé un ultimatum à ses joueurs : un accord devait être trouvé avant mardi, 18 heures, sous peine d’une rupture contractuelle. Plusieurs hommes cadres de l’effectif, dont les internationaux George Ford et Ellis Genge, sont finalement tombés d’accord avec leur club dans la journée de mardi. En revanche, concernant Manu Tuilagi, les deux parties ont campé sur leurs positions. Le trois-quarts centre de l’Angleterre pourrait donc se retrouver sur le marché des transferts avec effet immédiat.

Béziers déjà en piste ?

Qui, dès lors, pour l’accueillir ? Le calibre du joueur (29 ans, 44 sélections) a de quoi faire saliver tous les clubs d’Europe et même du monde. Mais la période, tournée vers l’austérité financière, laisse peu de candidats autour de la table pour assumer un tel salaire. Qui, alors ?

Le nom de Béziers, où l’arrivée d’investisseurs émiratis est plus que jamais d’actualité, revenait avec insistance dès mardi soir. Financièrement, si le projet de rachat aboutit, l’ASBH aura les moyens de s’attacher les services d’un tel joueur. Reste à savoir si Tuilagi accepterait d’évoluer en deuxième division pendant une saison au moins, alors que se profile l’été prochain la tournée des Lions britanniques et irlandais en Afrique du Sud.

Voir les commentaires
Réagir