Swinton le justicier

  • S’il multiplie les bonnes performances, Lachlan Swinton sera un candidat sérieux pour les Wallabies.
    S’il multiplie les bonnes performances, Lachlan Swinton sera un candidat sérieux pour les Wallabies.
Publié le / Mis à jour le

Lachlan Swinton - Flanker des Waratahs.  Pour sa deuxième saison de Super Rugby, le jeune espoir australien commence à faire parler de lui.

On savait que 2020 ne serait pas forcément des plus faciles pour les Waratahs après la perte d’un grand nombre de titulaires internationaux à l’issue du dernier Mondial. Les faits ne nous ont pas donné tort avec seulement deux victoires, dont la dernière face à la Western Force. On pourrait en déduire que tout est morose mais détrompez-vous. Dans la grisaille, on voit émerger de véritables espoirs qui pourraient ramener les Tahs au sommet du rugby australien. Parmi ces espoirs, le troisième ligne Lachlan Swinton (1,95 m pour 112 kg) est en train de s’affirmer comme l’un des hommes forts de cette jeune équipe, nommé meilleur espoir en 2019. à 23 ans, il en est à sa deuxième saison de Super Rugby, après avoir évolué jusqu’en 2018 dans le championnat national des clubs (NRC), avec Sydney University, remportant les titres en 2018 et 2019.

Bakkies Botha le modèle

Interrogé sur le joueur qu’il admire la plus, Swinton répond sans hésitation Bakkies Botha pour son jeu sans concession et son pouvoir d’intimidation sur le terrain. D’ailleurs, le jeune homme s’est déjà fait remarquer pour son jeu physique. Lors du match d’ouverture du nouveau Super Rugby AU, il se fit remarquer par son plaquage sur le pilier des Reds, Taniela Tupou, lui faisant comprendre qui était le patron. Plus tard, pénalisé pour avoir gardé le ballon au sol, Swinton prit très mal les quolibets de McReight, son adversaire, et lui envoya le ballon au visage. Au coup de sifflet final, tous les joueurs des Reds voulaient lui faire la peau.

Plus tôt dans la saison, lors du match contre les Brumbies, il voulut frapper le talonneur des Brumbies, Folau Fainga’a, pourtant son coéquipier au sein du club de Sydney University. "Il a la passion en lui, observe son entraîneur, Rob Penney. Il n’y a aucune tendresse en lui." Pour Swinton, c’est clair, il ne vit que pour ses coéquipiers : "La motivation, je l’ai pour mes coéquipiers. Il ne m’en faut pas trop pour que je démarre. Quand l’équipe adverse commence à s’en prendre à moi, ça me fait réagir et je n’aime pas reculer. S’ils me chambrent, je leur rends la pareille. C’est du donnant-donnant."

Mais c’est aussi un joueur qui s’affirme. Lors des six premiers matchs du Super Rugby, il affichait 93 % de réussite au plaquage. Ses efforts à l’intersaison lui ont permis d’améliorer sa technique. Et balle en main, il n’est pas mal non plus, comme en témoigne sa merveille de passe à l’intérieur pour son arrière, Jack Maddocks, pour filer à l’essai contre les Reds. Son prochain objectif est maintenant d’accomplir son rêve d’enfance : porter le maillot des Wallabies. Avec son niveau de performance et son impact physique, il n’a pas dû échapper à l’œil de l’entraîneur national, Dave Rennie.

Jacques BROQUET, correspondant
Voir les commentaires
Réagir