Tolza (Dragons catalans) : « Un essai a été marqué, il faut le transformer »

  • Jean-Charles Tolza a été décisif dans l'accord trouvé entre La chaîne L'Équipe et les Dragons catalans
    Jean-Charles Tolza a été décisif dans l'accord trouvé entre La chaîne L'Équipe et les Dragons catalans La Dépêche du Midi / La Dépêche du Midi
Publié le / Mis à jour le

Chargé de mission grand compte du club des Dragons Catalans auprès de la BPI, le Carcassonnais Jean-Charles Tolza a été la cheville ouvrière qui a permis au club de Rugby à XIII de retrouver une lucarne télévisuelle. Dimanche, la chaîne l’Équipe diffusera en direct (17 h 15) la rencontre de reprise de Super League, entre St-Helens et les Dragons Catalans. Entretien avec ce touche à tout, cet homme de réseau qui n’entend pas en rester là.

L’accord avec La chaîne L’Équipe qui retransmettra quatre rencontres de Super League au mois d’août et les Dragons, c’est vous ?

Oui, après un an de lobbying avec des dossiers de presse que j’envoyais toutes les semaines, des entretiens téléphoniques et des rendez-vous à Paris. Mais je n’étais pas seul, Christophe Levy, directeur commercial du club des Dragons m’a accompagné et il a surtout fait le parallèle avec les équipes de Sky Sports qui détient les droits de la compétition et avec les équipes commerciales de la Super League.

La chaîne L’Équipe avait pourtant refusé de vous accompagner…

C’est vrai, mais les créneaux étaient remplis l’hiver dernier. Nous sommes arrivés trop tard dans la danse, mais j’avais dans un coin de ma tête et j’avais avancé l’idée, le projet que L’Équipe diffuse les deux matchs prévus à Toulouse au mois de mai. Malheureusement la pandémie est passée par là. Quand j’ai vu les programmes réchauffés qui étaient proposés et que Sky Sports diffuserait quatre journées cet été, je suis revenu à la charge.

Pensez-vous que cet accord peut aboutir sur du moyen, voir du long terme ?

On y travaille. Il y a un réel intérêt en tout cas de la part de la chaîne de suivre les Dragons à Brutus au mois de septembre. Nous discutons pour trouver un compromis au niveau des frais de production, entre "Cagnotte XIII" et le fonds de dotation du club.

Économiquement, le club s’offre une belle bouffée d’oxygène…

Ce sont les mots du président Bernard Guasch (voir notre édition du lundi 27 juillet). Ça va donner du crédit au club et à ses partenaires. Et puis, je travaille toujours sur le "Club Business Parisien" qui doit réunir treize entreprises de renommée internationale. Le 12 décembre à Paris, dans les locaux de la BPI nous avons amorcé plusieurs contacts qui hélas ont été freinés par la crise sanitaire.

Pensez-vous qu’une société basée à Paris puisse accompagner les Dragons catalans, installés au fin fond de la France ?

Complètement. Nous avons amorcé des relations avec des décideurs du CAC 40. La chaîne L’Équipe va nous apporter une exposition nationale très forte et une réelle légitimité. Il ne faut pas oublier que les Dragons catalans disputent le championnat anglais et de nombreuses entreprises lorgnent le Royaume-Uni. Avec le retour de la télévision, les gens vont enfin voir du direct et un sport attractif. C’est une très belle vitrine, un essai a été marqué, il faut maintenant le transformer.

Le partenariat entre le club des Dragons et la BPI, c’est encore vous ?

Oui. Pour la deuxième année consécutive, un partenariat a été signé. Cette relation économique a aussi une dimension humaine avec le directeur exécutif et directeur commercial de la BPI, Patrice Begay et le président Bernard Guasch. C’est un travail quotidien, mais des contacts et des échanges sont pris. La BPI a des partenaires intéressants et qui ont une overdose du football. Ils cherchent un sport avec de vraies valeurs, où il y a une grosse dose de convivialité.

Oui, mais les Dragons catalans ne vont-ils pas souffrir comme tous les autres clubs de la crise économique qui se profile ?

Je ne sais pas. Mais ce n’est pas utopique de voir des décideurs du CAC 40 accompagner les Dragons catalans sur plusieurs saisons. Sans renier à leurs valeurs, les Dragons ont besoin d’être représentés à Paris. Le projet d’organiser le Magic week-end de Super League à Paris en 2021 a été reporté, mais on travaille pour 2022. Il y a de bons signaux et je vais continuer à œuvrer pour que les Dragons catalans trouvent la place qu’ils méritent.

Bruno Onteniente
Voir les commentaires
Réagir