Objectif phases finales pour Narbonne

  • Un groupe uni vers un même objectif : les phases finales.
    Un groupe uni vers un même objectif : les phases finales. Twitter RCN / Twitter RCN
Publié le / Mis à jour le

Le Racing Club Narbonnais et ses cinq coprésidents ont de l’ambition. Après une belle deuxième place dans la poule de la mort de Fédérale 1 la saison dernière, ils ont, cette année, les phases finales en ligne de mire.

Parmi les dix-neuf joueurs arrivés à l’intersaison, Guillaume Namy est le seul à faire le grand saut entre le Top 14 et la nouvelle troisième division renommée Nationale. Ses 31 ans et surtout ses dix saisons de Top 14 devraient peser lors des grosses rencontres cette saison : "Vous savez quand un joueur passe du Top 14 à la Fédérale 1, soit il s’intègre dans le projet et il amène une plus-value soit il vient en préretraite. Guillaume n’a que 31 ans et je sais qu’il vient dans le but d’apporter du positif au Racing Club Narbonnais. En plus, il a un double projet : un sportif et un professionnel avec son école de kiné" explique le coprésident Delpoux. L’ex-ailier briviste qui compte plus de 160 matchs en pro, va devoir s’acclimater à un club où la notion de groupe prime : "Le club ne va pas se reposer sur des individualités, ce serait une grave erreur. Quand on se déplacera à Massy, Bourgoin ou encore à Dax, je peux vous dire qu’il faudra que toute l’équipe soit prête" insiste le coprésident.

Marc Delpoux, le coprésident narbonnais depuis 2019, est clair : "Accéder aux phases finales, c’est notre objectif. Après une fois que tu y es, c’est un nouveau championnat. Il y aura une différence d’ambition entre celui qui se qualifie par la petite porte et celui qui a terminé premier avec 20 points d’avance. Faisons les choses par ordre et humilité." Le Racing Club Narbonnais a, en tout cas, toutes les raisons de croire en sa réussite. La saison dernière, le club a semblé entrer dans une nouvelle ère. "En arrivant en 2019, le RCN sortait d’une sixième place dans une poule de Fédérale 1 plutôt facile. Cette saison, on termine deuxièmes d’une poule de la mort. On va donc continuer à bâtir notre projet tranquillement. Cette nouvelle troisième division est une étape supplémentaire à notre construction" explique l’ancien coach de l’Usap.

Au niveau du staff, les cinq présidents ont maintenu leur confiance à l’équipe en place. Patrick Pézery reste donc manager principal. "Avec cette poule unique, ceux qui auront la chance de monter en Pro D2 la saison prochaine seront d’ores et déjà habitués à des joutes hebdomadaires. C’est une chance à saisir" poursuit le coprésident Marc Delpoux.

Un mercato agité

Avec pas moins de dix-neuf arrivées et vingt-huit départs, le Racing Club Narbonnais a fait un grand ménage dans son effectif lors de cette intersaison. Exit l’ex-capitaine Eugène N’Zi, le centre tongien Sione Piukala ou encore le talonneur Louis Acosta. Des joueurs d’expérience qui font place à… des joueurs d’expérience. On note ainsi l’arrivée de deux trentenaires : Guillaume Namy, l’ex-Briviste aux 101 matchs de Top 14, et l’international tongien, Daniel Faleafa. Arrivée également du troisième ligne de Vannes Julien Dumoulin, 29 ans et deux saisons en Pro D2 avec Massy d’abord puis avec le club breton. Outre ces joueurs aux âges déjà avancés, le RCN a réussi à appâter certaines jeunes pépites telles que le Perpignanais Luca Serrano et l’ailier des espoirs toulousains Dorian Terrou. "L’an dernier on avait fait à peu près pareil. Depuis que l’on a repris le club, on est partis sur une organisation politique différente. Aujourd’hui, nous finissons de construire l’effectif et espérons que cela nous permette de faire partie des prétendants aux phases finales" conclut le coprésident Marc Delpoux. Cette nouvelle politique a porté ses fruits la saison dernière. Reste à savoir si elle va continuer à fonctionner dans une poule encore plus relevée.

Victor Coudraud
Voir les commentaires
Réagir