SO Chambéry : en toute discrétion

  • Les joueurs savoyards se préparent depuis début juillet. Ici, la recrue Damien Jourdain, ancien Briviste, reçoit le ballon. Photo page facebook.
    Les joueurs savoyards se préparent depuis début juillet. Ici, la recrue Damien Jourdain, ancien Briviste, reçoit le ballon. Photo page facebook.
Publié le / Mis à jour le

Le SOC Rugby n’est pas la tête d’affiche de ce nouveau championnat mais pourrait bien endosser le rôle d’outsider.

Le SO Chambéry est loin d’être le favori de la saison à venir en Nationale et l’entraîneur principal, Antoine Nicoud, en est bien conscient : « On est un peu dans la peau du Petit Poucet. L’objectif est de rester en Nationale l’année d’après. À notre position c’est difficile de penser à autre chose. Il faut se souvenir d’où l’on vient, notre arrivée dans cette division s’est faite sur la pointe des pieds. » Cette création de la troisième division est une véritable aubaine pour ce club en pleine construction : « On a un beau projet en cours notamment avec un nouveau grand stade dès la saison prochaine. Donc cette nouvelle division est une belle opportunité pour continuer à grandir », poursuit le coach savoyard.

Le SOC Rugby a terminé à la 4e place ex æquo avec le troisième dans sa poule de Fédérale 1 la saison dernière et va retrouver certains anciens adversaires l’année prochaine tels que Suresnes, Dijon ou encore Massy. « Notre premier match amical a lieu ce samedi face à Mâcon, on a vraiment hâte parce qu’on se prépare depuis début juillet et que le terrain va réellement nous dire où nous en sommes », s’impatiente le coach. Seulement deux rencontres amicales sont prévues avant le début du championnat mi-septembre mais le coach a confiance en ces hommes : « certains en font trois, mais nous, c’était programmé ainsi. Nous sommes bien préparés, ce n’est pas un problème. »

Volonté de créer une identité locale

« On essaie de continuer de créer une vraie identité chambérienne dans le club et donc d’avoir des joueurs du coin et, quand ce n’est pas possible, au moins des joueurs français », explique l’entraîneur principal. Ainsi, sur la quarantaine de joueurs qui garnissent l’effectif savoyard, seulement 6 sont étrangers et sur les 13 recrues de l’intersaison, seulement 4 ne sont pas françaises. Cette période de mercato a été très spéciale pour tous et Antoine Nicoud relate un recrutement en deux temps : « ça a été un moment de flottement compliqué à gérer. On avait anticipé en enrôlant 2-3 joueurs avant la période de confinement. Après pendant celle-ci, on a été obligés de se séparer de certains, alors qu’on aurait voulu les conserver. Mais une potentielle grosse perte de budget nous faisait peur donc on n’avait pas le choix. Dans un deuxième temps, il y a eu la création de cette divison Nationale et les choses se sont remises à bouger », explique le coach. Une période de flou qui a impacté le SOC dans sa préparation, dans son recrutement et dont l’ombre continue à planer au-dessus des têtes :  « C’est presque comme une épée de Damoclès au-dessus de nous, c’est très pénible mais c’est ainsi pour tous les acteurs du rugby et du sport en général », conclut l’entraîneur.

La Recrue : Mathieu Bélie

Il est ce joueur considéré à la fin des années 2000 comme l’un des plus prometteurs de sa génération, celle des Fofana, Parra et autre Bastareaud avec qui il était au pôle France. Mais Mathieu Bélie a finalement eu une carrière bien différente de ses comparses d’antan : plus sinueuse, plus compliquée. « C’est un joueur qui va pouvoir nous apporter toute son expérience du très haut niveau. Nous cherchions des gars avec un bel état d’esprit. Il a eu une saison frustrante l’année dernière et a à cœur de batailler avec nous. » Le coach Antoine Nicoud en est certain, Bélie saura s’intégrer au style de jeu savoyard. Et puis le numéro 10, qui peut aussi jouer à la mêlée, a cette expérience des échelons supérieurs (112 matchs de Top 14 et 68 de Pro D2) qui sera forcément un atout pour les rencontres couperets de la saison. L’international espagnol (14 sélections) devrait former une belle charnière avec l’une des autres recrues phares de ce mercato chambérien, le Sud-Africain aux 25 matchs de Super Rugby : Justin Philips.

Mach remplace Ringeval

En juin dernier, l’emblématique entraîneur des avants chambériens, Michel Ringeval, au club depuis 2008, décidait de prendre du recul avec le rectangle vert. « C’est un véritable personnage du rugby local et du club. Après je vais vous dire, il n’est jamais très loin. Il était encore avec nous ce midi en réunion. Il n’est plus opérationnel sur le terrain mais il est toujours bel et bien présent dans le club », raconte Antoine Nicoud. Pour remplacer celui qui a connu les titres de champions de France de Fédérale 2 en 2013 et de Fédérale 1 en 2016, l’ex-talonneur international aux 3 sélections, Brice Mach. « C’est quelqu’un qui a l’expérience du haut niveau, on espère qu’il va nous faire un paquet d’avants capable de rivaliser avec les autres équipes de cette division » explique l’entraîneur principal. L’expérience, il l’a en effet… En tant que joueur (178 matchs de Top 14). Dans la peau d’entraîneur, il est plutôt ce que l’on appelle un novice. Le champion de France avec Castres en 2013 a seulement coaché les juniors Crabos de Perpignan avant d’arriver en terre savoyarde, cet été.

 

Victor Coudraud
Voir les commentaires
Réagir