Bayonne - Clermont : Cheikh Tiberghien face à son destin

  • Cheikh TIBERGHIEN of Clermont during the Top 14 match between ASM Clermont and Stade Toulousain at Parc des Sport Marcel-Michelin on September 6, 2020 in Clermont-Ferrand, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Cheikh TIBERGHIEN - Stade Marcel Michelin - Clermont Ferrand (France)
    Cheikh TIBERGHIEN of Clermont during the Top 14 match between ASM Clermont and Stade Toulousain at Parc des Sport Marcel-Michelin on September 6, 2020 in Clermont-Ferrand, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Cheikh TIBERGHIEN - Stade Marcel Michelin - Clermont Ferrand (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Privé à l’arrièrede Matsushima, l’ASM devra faire confiance à l’ex-bayonnais Cheikh Tiberghien, dont le départ voilà deux ans n’avait été que peu apprécié à l’Aviron...

C’est peu dire que Cheikh Tiberghien fait partie des joueurs à qui la pandémie de covid-19 a joué un bien mauvais tour. "Ma génération n’a pas eu de chance. Le Tournoi s’est terminé avant la fin sans vainqueur, la Coupe du monde en Italie a été annulée… En plus, sur la fin du Tournoi, Franck Azéma m’avait fait confiance avec Clermont. J’étais remplaçant à Pau, titulaire à Agen, et puis tout s’est arrêté..." De quoi faire germer une frustration que Tiberghien a mûri pendant tout le confinement puis la longue intersaison, bien décidé à croqer tout ce qui était possible cette saison… Et cela tombe bien puisqu’entre les blessures de Nanai-Williams et Matsushima, il s’avère l’unique candidat dont dispose Franck Azéma pour couvrir le poste d’arrière lors de ce déplacement à Bayonne. Lequel s’annonce lourd en symboles pour Tiberghien, dont le départ de l’Aviron voilà deux ans aait été diversement apprécié sur la cote basque… "Ma famille, mes amis et même mes potes des espoirs avaient bien compris et accepté ma décision, explique l’arrière jaunard. Après, il y a des gens qui n’ont pas eu la même approche… Je ne sais pas ce qu’ils en pensent aujourd’hui, mais après tout il était logique que certains, comme le président, pensent qu’il était un peu prématuré que je quitte le club alors que je n’avais encore jamais joué en pro à Bayonne. J’avoue que j’ai en priorité pensé à moi et à la suite de ma carrière. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il ne s’agissait pas d’un coup de tête. Mon choix était bien réfléchi."

Première à jean-dauger

Mais était-il le bon ? Cheikh Tiberghien en est intimement convaincu, et c’est forcément un peu avec cette idée en tête que le jeune joueur se présentera sur la pelouse de Jean-Dauger. "Faire taire les critiques, ce n’est pas ma motivation, je n’ai envie de faire taire personne. Bayonne, c’est ma ville, c’est là où j’ai commencé le rugby à 15 ans après avoir longtemps joué au foot, là que j’ai connu le pole espoirs, mes premières sélections en équipe de France à 7, à 15… Mais malgré tout ce que j’ai pu vivre là-bas, je n’ai encore jamais joué à Jean-Dauger. Ça peut être un moment extraordinaire…" On ne lui en souhaite évidemment pas moins.

Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir