Perpignan a enfin vibré au son de rugby

  • Remi CASTY of Dragons  during the Super League match between Dragons Catalans and Salford at Stade Gilbert Brutus on March 7, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Remi CASTY - Stade Gilbert Brutus - Perpignan (France)
    Remi CASTY of Dragons during the Super League match between Dragons Catalans and Salford at Stade Gilbert Brutus on March 7, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Remi CASTY - Stade Gilbert Brutus - Perpignan (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Battus par Wigan, les Dragons ont manqué leur rendez-vous avec le retour des supporters à Perpignan, cent quatre-vingt-dix jours après.

Enfin. Le rugby professionnel était de retour à Perpignan samedi. La fête des deux rugbys devait avoir lieu avec une rencontre de Super League entre les Dragons catalans et Wigan et un match de Top 14 en suivant et à cinq cents mètres de là entre l’Usap et Mont-de-Marsan. Sauf que la fête n’a pas eu lieu. Le match de Pro D2 a été reporté et ce ne sont que 5 000 amoureux des deux rugbys qui ont pu en prendre plein les yeux. Certes, les Dragons ont perdu (28-12) ; certes, ils sont passés à côté de leur sujet, laissant Wigan leur voler la vedette. "C’est vrai que ça fait râler mais ça nous a manqué. Six mois sans rugby, vous imaginez. Revenir au stade avec les amis, ça fait du bien fou. On devait faire les deux matchs, tant pis, mais au moins il y a eu celui-là, c’est reparti", a savouré, Renaud, partenaire de l’Usap et supporter des Dragons.

La jauge des 5 000 spectateurs ayant été respectée, il y a donc eu match samedi à Brutus. Malheureusement, les Dragons ont perdu leur place dans le top 4 avec cette défaite, la deuxième à domicile. "Nous avons enchaîné trois belles performances en août, c’est vrai mais pas une seule fois, nous avons eu face à nous une équipe agressive et qui nous a mis sous pression comme Wigan l’a fait", a résumé l’entraîneur Steve McNamara.

Menés 18-0 à la pause, les Catalans commençaient à être désarmés. Conscients d’avoir laissé passer leur chance, les Dragons ont quand même essayé de relever la tête mais rapidement, Wigan a fini le travail. "à 4-0, on passe dix minutes dans leurs 20 mètres, nous avons tous les ballons, des occasions et on n’arrive pas à marquer ? Pire, un contre et c’est Wigan qui rajoute un essai", résume le capitaine Rémi Casty qui a encore donné le ton. En vain.

Les Dragons, privés de McIlorum, Moa, Davies, Mead et Drinkwater, ont évolué sans cinq cadres. Comme Wigan puisque ses fers de lance (O’Loughlin, Smithies, Flower et Clubb) étaient forfaits, sauf que la profondeur de banc des Warriors a pris le dessus. Personne ne jettera la pierre sur les remplaçants sang et or, appelés à monter au front, mais samedi, les Dragons n’y étaient pas. à croire que les matchs de reprise ne leur réussissent pas. "C’est vrai que nous passons à côté du premier match de la saison chez nous contre Huddersfield, puis le match de reprise après la Covid face à St Helens et là, après la quatorzaine, on manque le rendez-vous du retour à Perpignan et devant nos fans", peste le troisième ligne, Benjamin Garcia.

Cet acte manqué n’a visiblement pas altéré le moral des troupes. "On va se remettre au travail. L’isolement nous a coupé les jambes, nous avons manqué de rythme mais on ne cherche pas d’excuses. On va bien se préparer et on réagira vendredi en Cup", assure le capitaine. Les Dracs se déplaceront ainsi dans le huis clos de St Helens pour y défier les Diables rouges de Salford.

Bruno Onteniente
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?