Exeter - Northampton : quel déséquilibre !

  • Exeter Chief's Tomas Francis (right) and Northampton Saints' Owen Franks battle for the ball during the Gallagher Premiership match at Franklin's Gardens, Northampton. 
Photo by Icon Sport - Tomas FRANCIS - Owen FRANKS - Franklin Gardens - Northampton (Angleterre)
    Exeter Chief's Tomas Francis (right) and Northampton Saints' Owen Franks battle for the ball during the Gallagher Premiership match at Franklin's Gardens, Northampton. Photo by Icon Sport - Tomas FRANCIS - Owen FRANKS - Franklin Gardens - Northampton (Angleterre) PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Ce sera sur le papier le quart de finale le plus déséquilibré. Exeter est solidement accroché à la première place du championnat anglais, certain de jouer les demi-finales, et favori pour le titre. Les hommes du Devon ont repris la saison avec un brillant six sur six en championnat avec des victoires sur la pelouse de leurs dauphins (Sale et Bristol).

Du coup, Rob Baxter s’est permis de faire tourner son effectif dimanche dernier sur le terrain des Saracens pour ne pas s’exposer aux blessures (défaite lourde mais sans conséquence 40-17) Contre Northampton, les "Chiefs" vont récupérer Stuart Hoggg, l’arrière international écossais, on ne les sent pas spécialement inquiets. Rarement, ils auront été autant favoris avant un match de phase finale avec leurs internationaux Henry Slade, Luke Cowan-Dickie, Sam Simmonds, l’Ecossais Jonny Gray et consorts.

Pas assez de piliers à Northampton

Northampton est dans le ventre mou du championnat à cause d’une reprise post-covid, catastrophique. Six défaites en sept matchs. En plus, les Saints sont confrontés à une épidémie de blessures dramatique : à l’heure actuelle, le club anglais ne compte qu’un seul pilier gauche valide. Emmanuel Lyogun, qui est âgé de… 19 ans ! L’Écossais Gordon Reid arrivé comme joker en mars n’a plus de contrat depuis juin. Et le règlement de l’ECPR est intraitable, les joueurs qui jouent les quarts doivent avoir signé avant le 1er septembre. Le pauvre Lyogun doit se préparer à jouer 80 minutes. Si les Saints ne sont plus en mesure d’aligner une mêlée complète et il faudra alors simuler cette épreuve de force. Cela signifierait de sacrifier un joueur pour les visiteurs et donc de jouer à quatorze. On a connu préparation plus sereine pour quart de finale.

Jérôme PRéVôT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?