Le CO dans la cage aux Tigres

  • Après la défaite face à Paris, Mathieu Babillot (ballon en main) et ses partenaires veulent repartir de l’avant. Quoi de mieux qu’un déplacement dans les Midlands pour se relancer...  Photo Icon Sport
    Après la défaite face à Paris, Mathieu Babillot (ballon en main) et ses partenaires veulent repartir de l’avant. Quoi de mieux qu’un déplacement dans les Midlands pour se relancer... Photo Icon Sport
Publié le

Auteur d’un début de saison contrasté, le CO aborde ce match décisif sans être dans les meilleures dispositions. Qu’importe.

il va sans dire qu’une défaite à domicile n’est pas exactement la meilleure façon de préparer un quart de finale européen. C’est pourtant le contexte dans lequel se trouvent les Castrais à l’heure d’aller défier les Tigres de Leicester dans leur cage mythique de Welford Road. Manquant de maîtrise et de discipline face au Stade français retrouvé, les Tarnais ont cédé d’emblée à Pierre-Fabre, alors même que l’invincibilité à domicile était l’un de leurs principaux objectifs. Triste, mais qu’importe. La Challenge Cup fait aussi partie de ces objectifs prioritaires. À la reprise, le vice-capitaine Baptiste Delaporte ne cachait pas son enthousiasme à disputer cette compétition: "La Coupe d’Europe va vite arriver et c’est génial. Cette compétition m’a toujours attiré. Cela m’agaçait d’ailleurs quand j’entendais qu’on lâchait cette compétition. Nous avons toujours fait ce qu’il fallait pour espérer décrocher une qualification. Là, c’est une grande opportunité. La finale peut arriver très vite. Vous vous rendez compte ? On pourrait gagner un titre avant la fin de l’année et, potentiellement, se qualifier pour la Champions Cup l’année suivante. Cela aura un coût humain car nous allons certainement y laisser des plumes mais cela en vaut vraiment le coup."

Pour réaliser ce tour de force, il faudra réparer une conquête qui fut à la dérive contre le Stade français: en touche, l’alignement castrais a multiplié les erreurs. Combinaisons erronées, lancers trop hauts, oublis de lifteurs, ballons cafouillés... Les Tarnais ont tout fait ou presque. En mêlée aussi, ils auront du pain sur la planche pour tenir tête à une première ligne internationale composée de Ellie Genge, Tom Youngs et Dan Cole, lesquels seront soutenus par le deuxième ligne des Pumas, Tomas Lavanini. Rien que ça...

Ford de retour, Nadolo titulaire

Et ce n’est pas tout. Car derrière, les Tigres sont également bien fournis tant en qualité qu’en quantité. À la charnière, le CO n’affrontera rien de moins que celle de l’Angleterre, avec Ben Youngs à la mêlée et George Ford à l’ouverture. Le premier cité s’est illustré la semaine dernière en signant une prestation de haut vol face à Northampton pour sa 250e apparition avec les Tigers. Quant au deuxième, il devrait faire son retour après avoir été préservé deux semaines pour un coup reçu au niveau de la hanche. "Si cela avait été une finale de Coupe du monde, George aurait joué ce soir", indiquait son manager Geordan Murphy à l’issue de la victoire contre les Saints (28-24). En son absence, c’est l’ancien ouvreur de Nevers, Zack Henry, qui a assuré l’intérim avec brio, inscrivant pas moins de vingt points à lui seul contre Northampton : une transformation, cinq pénalités et un drop-goal. Mais ce n’est pas tout. Les Castrais devront également se méfier des deux ailiers de Leicester, bien connus pour les ravages qu’ils ont causé en Top 14 pendant plusieurs saisons: l’ex-Montpelliérain Nemani Nadolo d’un côté, et l’ancien Rochelais Kini Murimurivalu de l’autre, qui furent tous deux titulaires la semaine dernière.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?