Pita Ahki, l’indispensable

  • Pita Ahki, l’indispensable
    Pita Ahki, l’indispensable Midi Olympique - patrick Derewiany
Publié le

Le trois-quarts centre toulousain n’est certes pas le plus spectaculaire de la ligne d’attaque toulousaine mais il y joue un rôle prépondérant.

Il doit être bien difficile d’être le coéquipiers de Cheslin Kolbe. Spectaculaire, décisif, sympathique, l’ailier champion du monde est la tête de gondole du collectif, celui qui fait lever les foules, électrise un stade et donne surtout envie d’y revenir. Et pourtant, quand le funambule toulousain filait inscrire le premier essai de la rencontre grâce à un dernier crochet après une longue passe d’Antoine Dupont, il ne faudrait pas oublier que le Stade toulousain évoluait alors en supériorité numérique puisque le trois-quarts centre James Hume avait alors besoin de deux soigneurs autour de lui pour essayer de se relever. Il avait croisé le chemin de Pita Ahki dès le lancement de cette phase de jeu, et le Néo-Zélandais avait clairement fait des dégâts, condamnant les Irlandais à défendre en infériorité numérique jusqu’au premier essai toulousain. Pita Ahki est devenu indispensable dans cette ligne arrière toulousaine, aussi bien pour son apport défensif qu’offensif, aussi bien pour son impact physique que par ses crochets.

Il est le premier sollicité sur les lancements de jeu, servant souvent de point de fixation ou étant capable de redoubler, il a été précieux face à l’Ulster alors que les Toulousains ne parvenaient pas à trouver le bon tempo pendant le premier acte. Il a tenté de réguler l’attaque alors que ses partenaires se montraient un peu impatients pour lâcher les ballons, tentant beaucoup trop de passes aléatoires. L’ancien international à 7 néo-zélandais a remis de l’avancée avec des courses droites et renversant très souvent le premier adversaire. Il ne fallait pas mettre la charrue avant les bœufs, alors Ahki s’est chargé de mettre des grands coups d’épaule pour éviter que ses coéquipiers ne perdent le fil. Avec un franchissement, trois défenseurs battus, une passe après contact mais aussi sept plaquages (aucun manqué), il avait déjà réalisé un match plein avant d’inscrire un essai personnel juste après l’heure de jeu. Une copie parfaite pour un des joueurs les plus sous côtés d’Europe, arrivé sur la pointe des pieds à Toulouse après un passage manqué au Connacht. Mais alors que le Stade toulousain peut se régaler devant les exploits de Kolbe ou Dupont, frémir sur les percées de Guitoune ou les relances de Ramos, il est bon de rappeler que Pita Ahki est aussi un indispensable.  

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?