Parra ou Bézy : à Clermont, l'heure du changement ?

  • Morgan Parra avec Clermont face à Toulouse
    Morgan Parra avec Clermont face à Toulouse Icon Sport
Publié le

Après trois matches, les Clermontois se cherchent encore dans leur jeu. L’ASM doit trouver des solutions. Et fixer absolument un titulaire au poste de demi de mêlée ? Le débat est ouvert.

"Morgan est un demi de mêlée très expérimenté auprès duquel je vais pouvoir encore progresser et apprendre, et si je veux jouer le plus possible, il faudra que je fasse mes preuves." En début de saison, Sébastien Bézy arrivait sur la pointe des pieds dans son nouveau club. Mais depuis, il produit ce que l’on attend de lui : du désordre dans les défenses adverses et du mouvement pour ses coéquipiers. Oui, Clermont a été dominé dans tous les secteurs contre le Racing 92, c’est clair. Mais la fin de match un peu folle des Jaune et Bleu après la rentrée de Bézy pourrait donner des idées à Franck Azéma. L’ancien toulousain doit-il prendre les rênes du jeu asémiste d’entrée ?

"Le passage de témoin va se faire naturellement explique Aubin Hueber ancien demi de mêlée de Toulon et du XV de France. Tout le monde comprend que Morgan est sur la fin et que le club prépare l’avenir. Avec ce rugby qui fatigue le corps et l’esprit c’est normal, cela a été préparé par Azéma, le staff et les joueurs concernés. Ce n’est pas la première fois, c’est le cycle des clubs de haut-niveau. Quand Parra est arrivé, il y avait Pierre Mignoni… Il y a l’expérience de Morgan mais la fraîcheur de Bézy peut donner une autre influence au jeu clermontois." 

De là à mettre Morgan Parra sur le banc à chaque match ? Alexandre Audebert, ancien flanker de l’ASM, tempère : "Si Parra était rentré au même moment, cela aurait-il changé quelque-chose ? C’est un problème plus collectif. Jouer derrière un pack chahuté avec peu de ballon en touche et en mêlée, ce n’est pas facile… Ce sont deux grands demis de mêlée avec un Parra organisateur, tacticien et un Bézy puncheur qui met de la vitesse. Il y a un profil pour chaque moment et ils ont une expérience et des qualités différentes. Il faut réussir à mettre le bon profil au bon moment et toutes les équipes s’adaptent à l’autre. Tu ne fais pas le même match quand tu débutes ou non…"  

 

 C’est un problème plus collectif. Jouer derrière un pack chahuté avec peu de ballon en touche et en mêlée, ce n’est pas facile. Tu ne fais pas le même match quand tu débutes ou non...

Sébastien Bézy avec Clermont face à Bayonne
Sébastien Bézy avec Clermont face à Bayonne Icon Sport

 

Au fil des matches cet impact player s’affirme comme l’avenir à moyen terme derrière le pack montferrandais. Titulaire contre Toulouse, Bézy est ensuite revenu sur le banc pour jouer à Bayonne et contre le Racing 92. Face à son ancien club, sa vista aurait dû amener les joueurs de Franck Azéma à scorer plus tôt en première mi-temps. Et à chacune de ses entrées, ressort la même impression que s’il était rentré plus tôt, le match aurait peut-être pu basculer…

Bézy c’est un accélérateur de particules, un "facteur x" capable de marquer un essai en solo derrière un rideau défensif ou une pénalité vite jouée à la main. Avec un Matsushima ou un Penaud au soutien, cela peut aller vite à dames. Mais il faut le suivre… "Morgan fait jouer, il éjecte et il a son pied gauche décrypte Aubin Hueber. Bézy est dans le même registre, ce sont deux joueurs complets. Je ne pense pas qu’ils soient si différents. Ce ne se sont pas des Dupont, ils ne vont pas bousculer des gros, mais Bézy a plus de fraîcheur, plus de jambes. Bézy a été élevé à la mamelle du Stade toulousain, à l’instinct, avec de la variété dans son jeu, il a du tempérament mais c’est positif. Il va s’imposer et doit devenir plus cornac, plus leader derrière ses gros, comme Parra. Morgan est plus provocateur avec l’adversaire ou ses coéquipiers… Mais on apprend toujours de l’expérience de l’autre." 

Ce n’est pas la première fois, c’est le cycle des clubs de haut-niveau. Quand Parra est arrivé, il y avait Mignoni… Il y a l’expérience de Morgan mais la fraîcheur de Bézy peut donner une autre influence au jeu clermontois.

On connait la complicité de Morgan Parra et de Camille Lopez sur le terrain et en dehors depuis 2014. L’installation de Sébastien Bézy pourrait-elle nuire à l’ambiance en interne ? "On a affaire à des hommes intelligents sur le terrain comme en dehors rappelle Aubin Hueber. Il faut accepter qu’à un moment donné, on soit arrivé au bout de sa carrière et que des joueurs plus jeunes arrivent…"

Après Greig Laidlaw, c’est une autre rude concurrence qui se présente à Morgan Parra mais pour Sébastien Bézy et le groupe, cela ne change rien. "Je suis très heureux de jouer ici et j’ai été super bien intégré déclarait Bézy cet été. Camille est un demi d’ouverture qui parle beaucoup, c’est facile de jouer avec lui car il organise bien le jeu. Cette concurrence avec Morgan, tout le monde m’en parle mais je le savais avant de venir... Morgan est un très grand joueur, avec une expérience considérable. J’espère que cela pourra me profiter. Il excelle dans les tirs au but et je suis heureux de pouvoir travailler ce secteur avec lui. C’est un meneur d’hommes, fort sur la stratégie d’équipe. Il a tant de choses à m’apporter. On va se profiter l’un et l’autre.  On échange sur des points techniques, sur des exercices. La concurrence fait partie de la vie d’un sportif, on le sait. En parler ne servirait à rien." 

 

Morgan Parra avec Clermont face au Racing 92
Morgan Parra avec Clermont face au Racing 92 Icon Sport

Car si Morgan Parra n’est pas n’importe qui à l’ASM, il y a la place pour les deux avec un stratège-gestionnaire et un joueur offensif capable de renverser un match à lui tout seul. Dans ce début de saison maussade, il serait prématuré et aussi injuste de ne pointer du doigt qu’un seul secteur de jeu… Le mal est plus global, plus collectif sans doute.

"L’ASM en reconstruction ? On en parle depuis deux saisons mais avec la crise, on est revenu au même stade que l’an dernier explique Alexandre Audebert. Le jeu est perfectible, ce n’est pas le plus beau rugby mais il y a quatre points au compteur et en trois matches, Clermont a joué les deux meilleures équipes du championnat. Ce jeu moyen n’est pas le fait d’un seul leader… Des leaders il en faut quinze, trente dans un groupe. On a été habitués au foie gras mais parfois il faut aussi manger du pâté pour apprécier à nouveau le foie gras. Comme cela a été le cas pour le Stade toulousain…"

Cette concurrence peut faire aussi du bien au groupe et l’ASM aurait tort de bouder son plaisir, ce luxe de posséder deux demi de mêlées de grande classe, chacun dans leur registre… Et Sébastien Bézy doit aussi assimiler les plans de jeu de sa nouvelle équipe avant de prétendre à plus. "La passation de pouvoir se fera c’est inéluctable mais ils ont aussi des profils complémentaires rappelle Audebert. On peut très bien avoir une charnière Parra-Bézy…" Mais ça c’est un autre débat… Et une autre piste intéressante pour l’ASM.
 

 

Guillaume Bonnaure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?