Étrillard : « Il y aura des jours meilleurs »

  • Team of Toulon during the Final Challenge Cup match between Bristol Bears and RC Toulon on October 16, 2020 in Aix-en-Provence, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Stade Maurice David - Aix en Provence (France)
    Team of Toulon during the Final Challenge Cup match between Bristol Bears and RC Toulon on October 16, 2020 in Aix-en-Provence, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Stade Maurice David - Aix en Provence (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les yeux rougis, le talonneur et capitaine du RC Toulon s'est présenté en conférence de presse. Déçu, Anthony Étrillard espère que cette défaite en finale de Challenge Cup face à Bristol (32-19) sera fondatrice pour son groupe.

Anthony, on imagine une immense déception ce soir. Au-delà du contenu, c'est forcément rageant de tomber sur la dernière marche de cette Challenge Cup...

C'est une déception, bien sûr. Le groupe s'est donné les moyens d'arriver en finale, malgré un quart de finale accroché, et une grosse demi-finale. Nous sommes arrivés en finale pour faire un gros match, et je pense qu'on l'a fait... Ce soir nous sommes très déçus, mais on a vu ce qu'était vraiment le haut-niveau.

Vous avez encaissé un essai dès la première minute, et pourtant on vous a vu réagir. Que s'est il passé dans vos têtes ?

L'entame est très mauvaise, en effet. On était tous dans le match, mais on tape le coup d'envoi et on prend un essai en moins de 30 secondes. Maintenant il est préférable de garder la réaction que l'équipe a pu avoir. On aurait pu sombrer, et se dire que ça allait être long, mais non : on passe à la mi-temps à 16-10. Le début de la deuxième mi-temps nous met également dedans. On fait une grosse séquence défensive, mais on leur donne trois points faciles. Ensuite ils mettent une nouvelle pénalité. Nous avons fait de petites fautes qui leur ont permis de revenir petit-à-petit dans le match. Et contre des équipes comme Bristol ça coûte très cher.

Vous avez laissé des munitions à Bristol en conquête. Est-ce c'est ce qui vous coûte la victoire ?

Je le répète : ce sont les détails qui font la différence en finale, et ce soir nous en avons pris conscience. À un moment on loupe une touche, on tape au pied et derrière on prend un essai (N.D.L.R. De Max Malins, à la 62e). Celui-là nous fait vraiment très mal... Ce match va nous faire grandir. Et je pense qu'il y aura d'autres finales pour ce groupe.

Vous faîtes finalement un parcours quasi-parfait : six victoires pour une seule défaite, la finale. C'est une déception, mais peut-être aussi le début d'une belle aventure. Est-ce ce que vous avez dit à vos joueurs dans le vestiaire ?

Ce n'est que le début de la saison, nous n'avons joué que quatre matchs de Top14 et on n'a pas démarré la Champions Cup : si on commence dès maintenant à se mettre la tête sous l'eau, ce sera compliqué pour le reste de la saison. J'ai dit aux mecs d'être fiers de ce que nous avons fait. On s'était promis de ne rien lâcher, et nous nous sommes accrochés jusqu'au bout. Si on garde cet état d'esprit là, il y aura des jours meilleurs pour nous.

Comment faire pour rebasculer sur le championnat, qui reprend ses droits dès vendredi contre Castres ?

On pensera au match de la semaine prochaine à partir de lundi. Ce soir on va encaisser la chose, se retrouver tous ensemble en équipe. C'est la priorité.

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?