Teddy Thomas, le retour de l'enfant terrible

  • Teddy Thomas, le retour de l'enfant terrible
    Teddy Thomas, le retour de l'enfant terrible - Icon Sport
Publié le

Titularisé face au pays de Galles, l'ailier du Racing 92 signe son retour avec le XV de France. Un de plus... signe que le Francilien possède à la fois le niveau international, mais qu'il peine à s'y installer durablement, pour diverses raisons.

Sa dernière sélection n'est pas si ancienne. Elle remonte au 22 février dernier. C'était à Cardiff, contre le Pays de Galles que le XV de France s'apprête à affronter samedi en match amical. Un souvenir plutôt agréable, puisque les Tricolores s'étaient imposés dans la Principauté sur le score de 27 à 23. Une performance à laquelle Thomas avait participé, même s'il n'avait pas marqué. Pour l'heure, l'ailier du Racing 92 compte 11 essais inscrits en 19 tests. Beau ratio n'est-ce pas ? Les qualités offensives de Teddy Thomas n'ont jamais été remises en question.

Sa foulée fluide, déliée, et fulgurante a donné le tournis a bien des défenses en France et dans le monde. Faut-ils rappeler le triplé qu'il signa face aux Fidji en novembre 2014 lors de son tout premier match en équipe de France ? Son doublé contre l'Ecosse à Murrayfield quatre ans plus tard ? Ou encore celui qu'il signa face à l'Argentine à Lille en novembre 2018 ? En club, Thomas avait marqué six essais en sept matchs avant que la saison ne soit stoppée par la crise sanitaire, et en a marqué autant en cinq rencontres de Champions Cup. Bref, c'est une vraie machine à marquer, c'est pour cela que le staff du XV de France l'a rappelé : « Il a fait une très bonne semaine, on connaît son parcours et ses points forts. On prend les joueurs sur leurs points forts et Teddy en a beaucoup », a justifié ce matin le sélectionneur Fabien Galthié.

Forcément attendu

Seulement voilà, toutes ses indéniables qualités ne suffisent pas à le rendre indiscutable. C'est comme ça, c'est un fait. Tant en équipe de France qu'en club, où son manager Laurent Travers ne l'a pas retenu pour l'importantissime finale de Champions Cup disputée (et perdue) face à Exeter. Pourquoi ? Seul Travers le sait. Mais il faut certainement chercher des éléments de réponse dans sa prestation en demi-finale contre les Saracens, où il se montra en difficulté sous les innombrables chandelles que les Anglais ont tapé sur lui. Hasard ? Impossible. Cela faisait partie du plan des Sarries. Et cela fera certainement partie du plan imaginé par Wayne Pivac, le sélectionneur des Gallois.

L'absence de Thomas en finale de la Coupe d'Europe n'a pas échappé à Galthié, qui avait assisté à la demi-finale en tribunes : « Teddy a commencé le Tournoi avec nous. Il éait titulaire contre l'Angleterre lors du premier match. Il a participé aux 8 semaines d'entraînement, aussi. Il a, il est vrai a été écarté par son club pour la finale. Ce sont des aléas. Mais c'est très difficile d'être performant tous les week-ends. Les joueurs sont des êtres humains, qui ont des fragilités et nous essayons de les accompagner. Une carrière c'est assez cyclique et des fois on a le vent de face ou de dos. » Au vu de ses performances durant ces trois jours d'entraînement, Thomas semblerait plutôt l'avoir dans le dos. Et quand on posa la question d'un éventuel manque de rythme à Raphaël Ibanez et à Fabien Galthié, leurs réponses furent claires : « Avec les retours que nous avons fait hier soir sur nos séances, il n'y a aucun doute », lança Ibanez. « Nos entraînements nous ont donné des enseignements très clairs. Teddy a apporté des réponses probantes hier à l'entraînement et durant ces trois jours » renchéri Gatlhié. À lui de jouer.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?