Le renouveau vicois

  • Les Gersois de Vic-Fezensac ont retrouvé le goût de la victoire.
    Les Gersois de Vic-Fezensac ont retrouvé le goût de la victoire. FF
Publié le

Après deux saisons particulièrement difficiles sur le plan sportif, les seniors de Vic-Fezensac retrouvent des couleurs et le goût de la victoire.

La vie sportive d’une association sportive n’est pas celle d’un long fleuve tranquille. Elle est ponctuée de haut et de bas. À Vic-Fezensac, les dirigeants ne soutiendront pas le contraire. Lors des deux précédents exercices, le club a vraiment mangé son pain noir. En avril 2019, au terme d’une saison difficile en Fédérale 3 ponctuée par une dernière place, les Gersois ont découvert l’exigeant championnat Honneur d’Occitanie. Lors de l’arrêt définitif de la compétition, ils étaient classés à la huitième place échappant de peu à la relégation en Promotion Honneur. Après ces deux saisons sportivement très difficiles, le comité directeur et son président, David Mercier, ont décidé de stopper l’hémorragie. L’UAV, la plus ancienne association de la ville, 115 ans d’existence qui avait évolué naguère en Fédérale 2, devait retrouver un peu de son lustre d’antan.

Jouer le haut du tableau

"Lors de notre relégation de Fédérale 3 en Honneur, des joueurs n’avaient pas bien vécu la descente. Un grand nombre a rejoint les clubs aux alentours, précise David Mercier. L’an dernier, nous avons souffert en Honneur avec un effectif très jeune. À l’intersaison, les joueurs qui nous avaient quittés, il y a un an, sont revenus. Avec la montée d’un noyau de juniors intéressant, le groupe senior s’est étoffé de vingt-cinq nouveaux joueurs. Avec un effectif élargi, nous avons décidé de jouer le haut du tableau. Pour relancer le club, il fallait être ambitieux."

Les paroles ont rejoint les actes. L’équipe fanion (un match en moins) renoue avec la victoire et flirte avec la troisième place au classement, la réserve en souffrance l’an dernier, est dans le trio de tête. Par la force des choses, le public revient au stade, ravi de voir 80 % de l’effectif senior issu de l’école de rugby. Des supporters qui ne sont pas soumis à des mesures drastiques préfectorales comme leurs voisins de la Haute-Garonne. Ils peuvent savourer un verre à la buvette, refaire le match entre amis au coup de sifflet final. Au sein de l’Union athlétique vicoise, le bonheur est revenu dans le pré. À ce jour, la crise sanitaire n’a pas trop impacté la vie du club. Joueurs, encadrement et dirigeants souhaitent qu’une chose que le championnat puisse aller à son terme.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?