Cet Exeter est extra

  • Exeter Chiefs win the Gallagher Premiership final at Twickenham Stadium, Twickenham
Picture by Daniel Murphy/Focus Images Ltd 07432 188161
24/10/2020 
Photo by Icon Sport - Wembley Stadium - Londres (Angleterre)
    Exeter Chiefs win the Gallagher Premiership final at Twickenham Stadium, Twickenham Picture by Daniel Murphy/Focus Images Ltd 07432 188161 24/10/2020 Photo by Icon Sport - Wembley Stadium - Londres (Angleterre) Focus Images / Icon Sport - Focus Images / Icon Sport
Publié le

Au terme d’une finale très indécise, Exeter a remporté le championnat d’angleterre face aux Wasps (19-13). Une semaine après leur sacre en Champions Cup face au Racing, les Chiefs remportent un deuxième titre  et un doublé historique.

Il y a dix jours encore, les Chiefs d’Exeter avaient tout à faire, d’abord face au Racing et ensuite face aux Wasps. La première étape et la victoire en Champions Cup face au club français n’étaient pas une fin en soi, loin de là pour le manager Rob Baxter. L’homme qui a forgé cette équipe n’avait pas relâché la pression. Et celui-ci a bien fait car les Wasps auront posé de gros soucis au nouveau champion d’Europe, eux qui avaient failli ne pas participer à cette finale. En effet, plusieurs cas de covid-19 dans le groupe des hommes de Coventry faisaient planer le spectre d’une finale Exeter - Wasps et ce n’est finalement que mercredi que les instances britanniques ont confirmé l’opposition entre les deux premiers de la phase régulière.

Une indiscipline fatale aux Wasps

Dès le début de la rencontre, ce sont les hommes de Lee Blackett qui montraient de meilleures intentions de jeu. Le vétéran néo-zélandais Jimmy Gopperth, titulaire au centre, lui habituellement à l’ouverture, ouvrait la marque après treize minutes. Une pénalité qui lui permettait de passer la barre des 1 450 points en Premiership. Mais comme la Racing a pu en attester le week-end dernier, il ne faut pas laisser trop de munitions aux joueurs du Devon. Au terme d’un superbe raid en solo, c’est l’international anglais Henry Slade qui donnait l’avantage à son équipe (17e). Mais rapidement, les Wasps remettaient la main sur le ballon, occupant bien le terrain et sur un ballon récupéré, Robson pouvait lancer Jacob Umaga dans l’intervalle. Grâce au superbe leurre de Josh Bassett, le neveu du célèbre All Black, Tana Umaga, pouvait battre le dernier défenseur et aplatir entre les perches.

Mais malgré leur avantage, les Wasps ont multiplié les fautes justes avant la mi-temps. D’abord revenu à dix partout, Exeter va même passer devant grâce à l’indiscipline des Guêpes, symbolisé par Joe Lauchbury, pénalisé à trois reprises. D’habitude si irréprochable dans le jeu au sol, l’international anglais va permettre à Joe Simmonds de donner l’avantage à Exeter (13-10). En tout, les Wasps vont être pénalisés à quinze reprises, beaucoup trop pour pouvoir espérer quelque chose.

Mais pourtant, les Wasps vont revenir au score grâce à Gopperth. La deuxième période sera le théâtre de beaucoup moins d’envolées, la faute notamment à la forte pluie qui est venue s’abattre dans un stade de Twickenham à huis clos. Joe Simmonds, désigné meilleur joueur de la finale de Champions Cup, redonnait l’avantage à Exeter avant une fin de match qui fera parlé.

Les dernières minutes de la partie seront très tendues mais pourront apporter tellement de regrets aux Wasps. Comme le Racing, les Wasps vont avoir une pénalité dans les cordes de Jimmy Gopperth après un superbe maul qui va s’écrouler tout proche de la ligne. Une pénalité à cinq mètres de la ligne, excentrée… que les Wasps ne vont pas tenter à la 75e. Immédiatement, le staff et les remplaçants vont tomber des nues et la sanction est immédiate. La touche va être perdue et dès lors, les Wasps vont enchaîner fautes sur fautes. Les Chiefs ne seront plus inquiétés et vont même ajouter trois points de plus. Les joueurs du club du Sud-Ouest peuvent exulter, ils tiennent là un doublé historique pour le club, et le deuxième titre de champion national après 2018.

« Maintenant, on peut célébrer »

D’habitude très impassible et peu souriant, le manager Rob Baxter pouvait esquisser un sourire mais le soulagement prédominait juste après la rencontre. « Nous avons deux trophées dans les vestiaires et, maintenant, nous pouvons célébrer la victoire de ce soir mais aussi celle de la semaine dernière », confiait Baxter. L’homme du match Henry Slade était lui dans l’euphorie : « Faire cela avec ces gars-là, c’est surréaliste, c’est un sentiment indescriptible. »

Côté Wasps, Lee Blackett, qui a pris les rênes de cette équipe en février après un début de saison ratée et le limogeage de Dai Young, voulait saluer le « caractère » de son équipe et « une défense héroïque proche des lignes ». Quant à la décision de prendre la touche, Blackett reste ferme : « Je ne questionnerai pas leur décision, ils l’ont senti et c’est comme ça. »

Kenny Ramoussin
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?