Brive, toujours deux sans trois

  • Les Brivistes d’Enzo Hervé doivent retrouver le chemin de la victoire face à Clermont.
    Les Brivistes d’Enzo Hervé doivent retrouver le chemin de la victoire face à Clermont. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Lourdement Battus à domicile contre Toulouse puis défaits de manière plus honorable à Montpellier, les Corréziens n’ont jamais connu trois revers de rang depuis le retour en Top 14.

C’est un fait : depuis sa remontée dans l’élite il y a quatorze mois, le CABCL n’a jamais perdu trois matchs d’affilée. Sur le papier, cela n’a rien d’un exploit démesuré en vingt-deux rencontres disputées. Mais entre un statut de promu la saison dernière et des moyens modestes par rapport à d’autres écuries, il s’agit, bien au-delà des considérations comptables, d’en trouver la raison. Elle tient dans le caractère de cette équipe qui, parfois ballottée, a toujours trouvé les ressources pour réagir. Ce fut évident à deux reprises lors de l’exercice précédent.

D’abord à la veille de l’arrêt des compétitions quand, battus à Toulon puis tombés à domicile contre Agen, les Brivistes avaient parfaitement relevé la tête en dominant Lyon (30-16) au terme d’un match remarquable, lors de la 17e journée. Plus tôt dans la saison, les Corréziens avaient enchaîné un lourd revers à la maison face au Racing 92 puis une courte défaite à Montpellier, avant d’être longtemps malmenés par Pau, lors de la 14e journée, sur la pelouse Amédée-Domenech. Les hommes de Jeremy Davidson, malgré une performance inconsistante ce jour-là, avaient quand même puisé dans leurs retranchements pour totalement renverser la tendance dans les ultimes minutes et s’offrir un succès presque inespéré (33-26).

"Un Investissement maximal"

Elle est certainement ici la marque de fabrique de ce groupe, dans sa capacité, lorsqu’il pose un genou à terre, à ne jamais laisser le deuxième le rejoindre. Alors forcément, l’attitude a déplu au staff lors du dernier rendez-vous au Stadium, face à un Stade toulousain qui n’avait pas besoin de l’apathie des Noir et Blanc pour se montrer supérieur. "Il y a eu un manque cruel d’agressivité, regrettait l’entraîneur des avants Marc Dal Maso la semaine dernière. Le problème, c’est que lorsque l’on joue des équipes de ce niveau, pour une formation comme la nôtre, il faut avoir un investissement maximum sur les bases pour espérer rivaliser. […] Cela ne nous ressemble pas."

Le CABCL a connu un deuxième revers de rang dimanche à Montpellier. Certes, il fut ample au niveau du score (6-30) mais la composition était très remaniée et le comportement des troupes fut complètement différent. "J’ai aimé notre état d’esprit parce que les garçons n’ont rien lâché", avouait Davidson. Une mentalité illustrée par Guillaume Galletier : "à la pause, on avait le choix : soit on continuait à se battre, soit on lâchait et on en prenait 60." Lui et ses partenaires ont décidé de lutter avec leurs armes et donc de les garder à la main au moment de tomber. Un gage pour la suite, après le visage affiché face au dernier champion de France. Toujours est-il que Brive doit désormais retrouver le chemin de la victoire pour éviter de basculer dans une spirale trop négative, dont il est difficile de sortir. Quoi de mieux qu’un derby pour se relancer ? Et éviter de faire mentir les chiffres…

Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?