Et revoilà... Chaban-Delmas pour Bordeaux-Bègles

  • Ben Botica est attendu sur l’occupation, un secteur qui avait pêché à La Rochelle.
    Ben Botica est attendu sur l’occupation, un secteur qui avait pêché à La Rochelle. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après quatre défaites en quatre matchs, tous à l’extérieur, les Bordelais vont retrouver leur stade fétiche avec soulagement.

SOS Chaban-Delmas ! Feu l’ancien maire de Bordeaux, une cape en équipe de France, serait sans doute heureux de voir son nom synonyme de refuge rassurant. Après six semaines d’exil, l’UBB va enfin retrouver son terrain fétiche, sans son public mais avec le fluide mystérieux qui séparera toujours le match à domicile du match à l’extérieur.

Car dans ce championnat fou, il faut presque une boussole pour s’y retrouver. L’UBB n’a plus gagné un match depuis le 19 septembre (contre Édimbourg). En Top 14, il faut remonter au… 12 septembre (contre Brive). Mais les quatre dernières défaites ont été enregistrées à l’extérieur, dont l’une à l’issue d’un match de toute beauté à Bristol et les Bordelais comptent toujours deux matchs de retard. Mais le dernier revers à La Rochelle fut particulièrement décevant, plus que ça même. "Oui, après ces matchs à l’extérieur, ça va nous faire du bien de retrouver Chaban, même si ce n’est pas ça en soi qui va nous donner quatre points", explique Christophe Urios.

Un bloc qui tombe à pic

Après l’autre lourde défaite de la saison, à Lyon, le manager avait piqué une grosse "soufflante" reprise dans tous les médias. Cette fois, il a préféré rester sobre. "Je ne vais pas trop reparler de cette partie. Elle nous a mis en face de notre réalité ; à savoir le manque d’agressivité notamment dans les entames de match. Alors, on subit… Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas. Mais on cherche des solutions. Dans ce genre de périodes, il faut la fermer et travailler. C’est ce que je vais essayer de faire…"

Autant le reconnaître : ce bloc de deux rencontres consécutives à domicile face à Agen et Bayonne tombe à pic pour relancer le club. Mais il a perdu Matthieu Jalibert, appelé chez les Bleus pour remplacer numériquement Teddy Thomas.

Ceci n’est pas fait pour arranger le staff, car le jeune ouvreur avait de grandes chances de débuter samedi. Christophe Urios a admis qu’à La Rochelle, son équipe a souffert d’un problème d’occupation. Sans pouvoir s’installer dans le camp adverse, elle s’est condamnée à subir les vagues et les lames de fond de ses opposants. L’alter ego de Jalibert, Ben Botica, n’a pas fait le meilleur match de sa carrière à Marcel-Deflandre. Ceci dit, l’occasion sera belle pour lui de se racheter s’il a à nouveau sa chance.

"Oui, on a eu des problèmes d’occupation mais je l’ai déjà dit, les problèmes techniques, ce n’est pas le plus grave… On a besoin de retrouver notre âme, notre jeu et on a besoin de gagner. Voilà le contexte du match de samedi, et c’est toujours dans cet ordre que ça se passe. Mais je constate que notre union (il fait un geste avec ses mains pour différencier le concept du nom du club, N.D.L.R.) est moins forte, que notre jeu n’est pas contrôlé et qu’on loupe les matchs. Nous allons donc travailler sur ça. " L’Union veut donc à nouveau bien porter son nom. Jacques Chaban-Delmas, roi des alliances, aurait adoré ça. J. P.

Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?