Oyonnax, au nom du groupe

  • Des certitudes sur leur plan de jeu, de la réussite et de la cohésion : les Oyonnaxiens joueront à coup sûr la montée. Photo Icon Sport
    Des certitudes sur leur plan de jeu, de la réussite et de la cohésion : les Oyonnaxiens joueront à coup sûr la montée. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

La solidarité a permis au club de l’Ain de s’imposer à Béziers. Elle sera à nouveau de mise pour une première à huis clos à Charles-Mathon.

Depuis son retour dans l’Ain, Joe El Abd n’a de cesse de mettre en avant le lien fort qui unit les Oyomen et leur public, avec en illustration le slogan "Fiers d’Oyo" érigé depuis plus d’un an comme un credo. Pourtant, ce vendredi, ce lien sera exceptionnellement distendu lors d’une première à huis clos.

"On saura s’adapter" promet Manny Edmonds. Le spécialiste de l’attaque fait référence au comportement du groupe lors du dernier voyage à Béziers, dans les mêmes circonstances : "Dans ces moments difficiles, nous avons eu la démonstration de la cohésion du groupe. Les joueurs qui étaient sur le banc n’ont cessé d’encourager ceux qui étaient sur le terrain. Même les Biterrois ont convenu de ce supplément d’énergie qui nous portait." Au rang des ambianceurs, Tim Giresse valide : "Nous étions derrière eux et plus encore après l’expulsion de Jérémy Gondrand. On n’a jamais arrêté de soutenir l’équipe… Je crois même que nous avons un peu saoulé les gars de la télé."

Rouen l’a déjà fait...

Le secret de la réussite oyonnaxienne ne saurait se résumer à cet esprit d’équipe. Manny Edmonds souligne une autre facette de la capacité d’adaptation de ses joueurs : "Quand nous avons été réduits à quatorze la communication dans le groupe est montée d’un cran. C’était primordial. Il fallait réadapter nos lancements en fonction de notre situation, réorganiser notre défense. Les joueurs l’ont fait naturellement, en se parlant."

à la cohésion s’est ajoutée la prise de responsabilités… et l’équipe de l’Ain est allée chercher sa sixième victoire consécutive à Béziers, là où elle ne s’était plus imposée depuis 2012, saison de la montée en Top 14. L’évocation de ce souvenir ne trouble pas Manny Edmonds : "Les joueurs ont mérité ce six sur six. Si nous avons franchi un cap à Béziers, il nous appartient maintenant de le prouver."

Au rayon des souvenirs, il en est un autre à évoquer, moins agréable, celui de la défaite concédée l’an passé à Mathon face à Rouen. "C’est un mauvais souvenir collectif mais aussi personnel puisque je m’étais blessé lors de ce match", rappelle l’ailier Tim Giresse tout juste revenu à la compétition lors du déplacement à Béziers. "Il faut bien sûr garder ce match en mémoire dans un coin de nos têtes mais l’essentiel sera de rester concentrés sur ce que nous avons à faire. Depuis le début de saison, chaque rencontre est abordée comme une finale et à chaque fois, nous trouvons un peu plus de confiance. Que notre adversaire soit Rouen ou Perpignan ne change rien à notre implication. Nous voulons continuer sur notre lancée."

Pour sa part, Manny Edmonds n’est pas totalement indifférent à l’identité de l’adversaire, ne serait-ce que pour formuler un appel à la vigilance : "Rouen est une équipe performante à l’extérieur..." Et dans le cadre d’un huis clos cette notion de domicile et d’extérieur apparaît toute relative.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?