Ugo Boniface prend de l’ampleur à Bayonne

  • Ugo Boniface balle en main, prêt à faire parler toute sa puissance. Photo Icon Sport Ugo Boniface balle en main, prêt à faire parler toute sa puissance. Photo Icon Sport
    Ugo Boniface balle en main, prêt à faire parler toute sa puissance. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le joueur de 22 ans est en train de devenir une pièce importante de l’effectif de l’Aviron bayonnais et se retrouve sollicité pour les gros rendez-vous.

Il y a des signes qui ne trompent pas. La semaine dernière, Ugo Boniface n’était pas du voyage de l’Aviron à Chaban-Delmas et c’est depuis son canapé qu’il a assisté à la défaite des siens, 43-19. Au même titre que Luamanu, Nixon ou Barthélémy, il était ménagé par le staff ciel et blanc, en vue de la réception du MHR ce week-end. Une nouveauté pour l’ancien international U20, plutôt habitué jusqu’à la saison dernière à gratter du temps de jeu à l’extérieur et à démarrer les chocs à domicile sur le banc.

Mais depuis la reprise, la donne a visiblement changé. Le pilier fut titularisé lors des réceptions de Clermont, La Rochelle et plus récemment pour le voyage capital à Agen. "Avant, j’avais plus un rôle d’impact player, explique le garçon de 22 ans. J’ai beaucoup parlé avec Yannick Bru qui aimerait que je m’impose cette année. Pour l’instant, j’ai la confiance du staff, donc j’en suis assez content. Les coachs me laissent débuter les matchs, ce qui n’était pas le cas la saison passée, où Iguiniz et Afatia étaient choisis. Maintenant, j’ai peut-être franchi ce cap me permettant d’être titulaire avec l’Aviron."

Gaucher le plus utilisé avec 254 minutes jouées, devant Cormenier (149) et Afatia (127), le joueur d’1m90 pour 122 kg prend clairement de l’ampleur, et à l’automne 2020 les choix du staff montrent que le numéro un, à gauche, c’est lui ! "Ces nouvelles responsabilités qui me sont confiées, je les prends bien, sans trop de pression sourit celui qui découvrit le rugby à Casteljaloux. Ça veut dire que j’ai progressé, autant mentalement que physiquement. Je suis jeune et je n’ai pas peur de faire une bêtise en prenant le ballon ou lorsque je rentre en mêlée."

Un père spirituel nommé Aretz Iguiniz

Arrivé en 2016 à l’Aviron Bayonnais en provenance d’Agen, "Boni" fut rapidement pris sous son aile par Aretz Iguiniz. "Son père spirituel" confie Yannick Bru. Aujourd’hui à la retraite, Iguiniz se souvient : "Je ne dirais pas que c’était un bébé, mais il avait quinze ans de moins que nous ! Il aimait bien traîner avec les anciens, il était souvent avec Adam Jaulhac, Grégory Arganese et moi-même. En quatre ans, je trouve qu’il a vachement évolué. Il a pris de l’assurance, il commence à se transformer physiquement. Et il va encore se développer ! Il ne faut pas oublier qu’il n’a que 22 ans. À cet âge, nous, on jouait à peine."

Sa jeunesse n’est pas un complexe

Jeune à un poste qui requiert de l’expérience, Boniface ne prend pas cette donnée comme un handicap et n’affiche clairement pas de complexe d’infériorité. "Je pense que dans le rugby d’aujourd’hui, l’âge ne fait plus grand-chose" affirme-t-il. A-t-il tort ou raison ? Ses dernières prestations, où ses attitudes en mêlée et sa mobilité sur le pré furent appréciées, pèsent en sa faveur. "Ugo, il y a deux ans, c’était un gros potentiel à polir rappelle Yannick Bru. Maintenant, de manière naturelle, il prend son envol. Il a beaucoup évolué physiquement, il a également énormément progressé défensivement. C’était un gros secteur à travailler chez lui. Même s’il a encore une marge de progression très importante, c’est normal qu’il prenne de la place dans l’effectif maintenant." Le talent n’attend définitivement pas les années…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?