Biarritz assure le strict minimum

  • Barnabe Couilloud, demi de mêlée du BO
    Barnabe Couilloud, demi de mêlée du BO Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Face à Angoulême Le BO s’impose. Pour le contenu ou les envolées, en revanche, il faudra repasser. La victoire, et puis c’est tout !

Vendredi soir, Biarritz a battu Angoulême, et s’est adjugé une seconde victoire consécutive, lui permettant, malgré deux matchs de retard, de remonter à la quatrième place et c’est peut-être tout ce qu’on retiendra ! Ah si, les Biarrots ont aussi corrigé leurs défaillances en touche. Pour le reste, comment dire… Les Basques ont eu toutes les peines du monde à faire tomber la lanterne rouge du championnat (qui ne devrait d’ailleurs pas le rester longtemps). .

La rencontre fut, pour rester poli, un brin ennuyante, et les Rouge et Blanc doivent leur salut à un paquet d’avants supérieur, qui leur a permis d’inscrire deux essais sur ballons portés. « On prend les quatre points, c’est l’essentiel. Mais tout n’a pas été parfait, loin de là » reconnaissait le demi de mêlée Barnabé Couilloud après la rencontre. « Malgré un match poussif et très, très moyen, on peut toujours trouver des motifs de satisfaction, ajoutait Nicolas Nadau. Notre conquête nous a fait défaut la semaine dernière, là elle nous a fait gagner le match. »

Saili, un phare dans la nuit

Les vingt-trois fautes sifflées contre le SA XV n’ont pas permis au BO de poser son jeu. Lequel s’est d’ailleurs résumé à une succession de touches (cette fois réussies) et de ballons portés souvent bien contrés par le pack angoumoisin. Pour le coup ambitieux, les Basques ont longtemps insisté, en quête d’un bonus offensif qu’ils n’ont pas su accrocher. Muselés devant par la défense du SA XV, les coéquipiers de Steffon Armitage ont également eu du mal à créer du danger offensif derrière et les seules véritables incertitudes ou prises d’initiatives furent, comme souvent, à mettre au crédit de Francis Saili.

Percutant et incisif sur chacun de ses ballons, le trois-quarts centre néo-zélandais était cependant trop seul. « La guerre des rucks n’a pas été à notre avantage, c’était très compliqué soulignait Couilloud face aux médias. Personnellement, j’ai eu très peu de ballons propres. On n’a pas réussi à trop mettre notre jeu en place, à mettre du rythme ou de la vitesse. » De son côté, Nicolas Nadau expliquait: « Le terrain était très mou, la rosée nous empêchait de faire trois passes. Ça a été très difficile, dès la préparation, de mettre en place ce qu’on voulait. » Les Biarrots vont néanmoins devoir s’y habituer. À un mois du début officiel de l’hiver, on peut aisément assurer que les « BOys » disputeront des rencontres dans des conditions bien plus compliquées que ça.

Et ces derniers devront donc trouver d’autres solutions pour proposer un jeu un peu plus séduisant. Car même si Nadau, « désolé pour le public devant sa télé » assurait que « la victoire, c’est le plus important » et que « si le BO gagne comme ça jusqu’à la fin de la saison il sera très content », Biarritz et son effectif quatre étoiles se doivent de livrer des prestations d’un autre calibre.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?