Détendus ces All Blacks

  • Les All Blacks n’ont pas perdu trois matchs d’affilée depuis août 1998 ! Impassible, le capitaine Sam Cane ne veut pas entrer dans l’histoire par la petite porte... Photo Icon Sport
    Les All Blacks n’ont pas perdu trois matchs d’affilée depuis août 1998 ! Impassible, le capitaine Sam Cane ne veut pas entrer dans l’histoire par la petite porte... Photo Icon Sport
Publié le

Opposés à leurs bourreaux d’il y a deux semaines, les All Blacks n’ont pas laissé place à la panique malgré deux défaites d’affilée. Toujours en course pour la victoire finale, ils espèrent avoir appris de leurs erreurs face aux Pumas.

C’est une question qui est sur toutes les bouches ? Quel visage vont montrer les All Blacks et comment vont-ils réagir après ces deux défaites consécutives, du jamais-vu au pays des Maoris depuis août 2011 ? Ce samedi, face à l’Argentine, les Néo-Zélandais ont une revanche à prendre après la défaite historique d’il y a deux semaines face à ses même Argentins. Un revers qui a eu du mal à passer, notamment au pays, la presse tirant à boulets rouges sur le sélectionneur Ian Foster et son staff. Les deux précédentes semaines ont donc été très spéciales pour les Blacks, peu habitués à tous ces remous. Les prises de paroles se sont succèdé dans la semaine mais ce n’est pas le moment de s’alarmer. Cadre de cette équipe, l’expérimenté deuxième ligne Sam Whitelock a tenu a ramener le calme autour de l’équipe. "On doit croire en nous, coire en notre instinct et rentrer sur le terrain en jouant un rugby comme on sait les jouer", affirme le Crusaders. Ce rugby tellement huilé, efficace et pourtant si simple que les coéquipiers du capitaine Sam Cane ont semblé ne plus maîtriser il y a deux semaines.

Ne pas dégoupiller

Constamment sous pression, baffouant son rugby en étant preque incapables d’enchaîner plus de cinq temps de jeu, la Nouvelle-Zélande avait pris un gros coup au Bankwest de Sydney. Mais pas de quoi s’affoler si l’on en croit les joueurs. "Il n’y a pas plus ou moins de pression que d’habitude, a affirmé Patrick Tuipulotu, l’autre deuxième ligne. "les All Blacks sont toujours sous pression". Langue de bois ou pas, on comprend que les hommes en Noir sont conscients que rien n’est perdu. En effet, les trois équipes en lice sont à égalité de points au classement (6 unités chacune). Pour Whitelock, les All Blacks ont tout à gagné à apprendre de ces défaites et c’est "une source de motivation". De motivation, Whitelock et ses coéquipiers en auront besoin face à des Argentins qui vont sans aucun doute essayer de réaliser la même copie qu’il y a deux semaines.

Lors de sa défaite face aux Pumas, la Nouvelle-Zélande avait complètement déjouée mais cela avait été permis par des Argentins toujours très chambreurs et qui ont sauté sur la fébrilité adverse pour concrétiser. Les Blacks ont eu le temps d’analyser tout ça, comme l’explique John Plumtree, l’entraîneur adjoint : "Beaucoup de joueurs ont appris à mieux contrôler leurs émotions sur le terrain et on a beaucoup travaillé sur la discipline." Des Blacks très méfiants mais qui ne perdent pas de vue l’objectif principal, à savoir la victoire finale dans ce Tri-Nations 2020, comme l’affirme Beauden Barrett, peu à l’aise lors de ses derniers matchs, à l’image de son équipe. "Nous respectons cette équipe, c’est l’Argentine. […] Nous sommes conscients de l’opportunité que nous avons de l’emporter, nous avons juste à exécuter notre plan. Nous avons hâte." C’est donc des Blacks pour une fois dos au mur et revanchards qui se présenteront face aux Pumas samedi à Newcastle.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?