Oyonnax : Charlie Cassang, du sang neuf

  • Dans son profil complémentaire à celui de Le Bourhis, Charlie Cassang amène un vrai plus au club de l’Ain. Photo Icon Sport
    Dans son profil complémentaire à celui de Le Bourhis, Charlie Cassang amène un vrai plus au club de l’Ain. Photo Icon Sport
Publié le

Le demi de mêlée Oyonnaxien Charlie Cassang, transfuge de Clermont à l'intersaison, s'est rapidement imposé dans l'Ain. Il symbolise la réussite des Haut-Bugistes en ce début de saison.

Quelques mots soufflés depuis la salle de musculation de l’Oyomen Factory suffisent pour dresser un premier constat de la situation de Charlie Cassang à Oyonnax, souriant, au moment de faire remarquer qu’à Clermont, "enchaîner trois matchs, je ne l’ai fait qu’une fois en six ans". Là, il vient de participer à sept des huit matchs de son équipe (dont six titularisations) et s’est rapidement imposé comme un joueur majeur. D’ailleurs, ses prestations ne sont pas étrangères à la bonne dynamique de la formation de Joe El Abd. "On a l’impression qu’il est là depuis beaucoup plus longtemps, explique le technicien. Il est très important dans le groupe avec sa personnalité qui brille dans l’équipe et sur le terrain pour sa façon d’appréhender le plan de jeu et son implication."

Le club avait ciblé le joueur et l’homme et son association avec Yohan Le Bourhis est pour le moment à la hauteur des ambitions du staff et de l’identité de jeu prônée. "Quand on ne ressent pas forcément la confiance des joueurs autour et du staff, c’est compliqué d’être bon le week-end, fait remarquer Charlie Cassang. Je suis vraiment heureux à Oyonnax. Je passe les meilleurs moments de ma carrière. Ici, je ressens cette confiance. Je me sens bien, à l’aise sur le terrain et ça se ressent sur les performances." Très vite, il a même fallu enlever le préfixe "jeune" devant Cassang, qui lui collait un peu à la peau, tant il est passé d’un statut d’élément prometteur à celui d’élément important. "Je suis enfin acteur d’un groupe. Je prends énormément de plaisir à essayer d’emmener les autres joueurs dans mon sillage et de les faire progresser mais aussi de progresser moi-même grâce aux autres", dit-il.

Cassang incarne ce jeu plus complet

Alors, au moment de défier Vannes à Charles-Mathon, c’est-à-dire de recevoir le leader et de s’octroyer la chance de lui piquer son trône, l’USO de Cassang et consorts est motivé par l’idée de rester le plus longtemps possible invaincu. Cela passera notamment par sa faculté d’adaptation à l’adversaire car entre la capacité à animer de l’ancien Clermontois quand le jeu de l’équipe le demande (comme face à Aurillac) ou bien les qualités de Le Bourhis pour faire avancer l’équipe ou la soulager en défense (comme à Colomiers), la palette semble encore plus complète cette saison. Ajouté à cela l’état d’esprit, et vous avez déjà une bonne partie de la réponse à la question suivante : qu’est-ce qui explique ce bon début de saison ? "Cette année, l’état d’esprit a changé. Cela prend du temps à se créer. Il était déjà bien l’an dernier, nous avons bien travaillé mais on ne se connaissait pas tant que ça. On sent que nous sommes ensemble maintenant. Avant de gagner les matchs, il faut avoir cet état d’esprit", analyse Joe El Abd qui situe la progression de ses troupes "dans notre intelligence collective, sur la manière de jouer ensemble et notre façon de nous adapter à l’adversaire". Et cela tombe bien pour l’une des meilleures attaques de Pro D2 car en prévision de Vannes, le groupe a établi un focus particulier sur sa défense.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien Plazanet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?