Toulouse, l’adaptation permanente

  • Sofiane Guitoune devrait être titularisé à l’aile face à Agen. Photo Icon Sport
    Sofiane Guitoune devrait être titularisé à l’aile face à Agen. Photo Icon Sport
Publié le

Si le succès à Pau a fait un bien fou, les Stadistes doivent encore, entre absences et congés obligatoires, se préparer dans des conditions particulières. Une spécialité de la maison.

à Ernest-Wallon, l’adaptation est une philosophie, érigée même en méthode. En revenant aux sources, le club le plus titré de France a retrouvé les sommets depuis trois ans, dans un rugby entreprenant qui impose de lire les situations pour mieux profiter du désordre volontairement créé et des ballons de récupération dont raffolent les attaquants. Mais, depuis plus d’un mois, il ne convient pas simplement d’appliquer la théorie au terrain. Ce Stade toulousain doit plus que jamais s’adapter au contexte, parsemé d’embûches. Il y eut les absences des Baille, Marchand, Mauvaka, Cros, Dupont, Ntamack et Ramos à surmonter durant de longues semaines en cette période internationale.

Il y eut aussi cette cascade de blessures, et non des moindres, qui a tour à tour envoyé à l’infirmerie Castets, Arnold, Elstadt, Kaino, Placines, Miquel, Tolofua, Idjellidaine, Ahki, Huget, Médard, Tauzin ou Kolbe. Voilà qui pouvait en partie justifier la fragilité affichée par le dernier champion de France contre Lyon, Paris et Castres. Même si l’expérimenté Maxime Médard, promu capitaine à Pau il y a deux semaines, a été assez clair sur le sujet : "On se trouvait des excuses bidons sur l’absence des internationaux ces derniers temps pour expliquer nos résultats. […] On se racontait un peu des histoires." Son équipe venait alors justement de remettre les pendules à l’heure et de signer une deuxième mi-temps remarquable au Hameau pour enfin retrouver le goût d’un succès capital, autant sur le plan comptable que pour la dynamique du groupe. La veille, le président Didier Lacroix et le manager Ugo Mola avaient placé leurs hommes en face de leurs responsabilités dans une intervention qui fut manifestement décisive et salvatrice.

Une vingtaine à l’entraînement

Mais les jours passent et se ressemblent dans la Ville rose. Pour préparer la réception d’Agen, les Stadistes sont privés de quatre nouveaux pensionnaires de Marcoussis (Neti, Mauvaka, Aldegheri et Lebel). Et, annulation de France - Fidji oblige, doivent trouver un créneau pour offrir aux autres internationaux leur semaine de congé obligatoire. Ainsi, Julien Marchand et Antoine Dupont sont en vacances (sauf à être contraint de les rappeler à la dernière minute) quand Cyril Baille a été laissé au repos jusqu’à jeudi. Dans le même temps, il a aussi fallu accorder des congés au centre de formation, donc à une majeure partie de l’effectif espoir… Voilà comment une vingtaine de joueurs seulement étaient à disposition pour le premier entraînement collectif mardi matin. Là où les Toulousains aiment d’ordinaire les séances d’opposition en situation réelle.

Alors on s’accommode comme on peut… Les coachs Jean Bouilhou, Virgile Lacombe et AB Zondagh (Clément Poitrenaud avait un contretemps personnel) ont même participé pour faire le nombre, face à une formation qui ressemble à celle qui pourrait être alignée samedi, où Guitoune retrouvait ses amours d’antan sur l’aile, où Ramos prenait l’ouverture et, avec le possible forfait d’Ahki, Holmes décalait au centre. L’adaptation, encore une fois.

Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?