Des Bretons taillés pour occuper la scène

  • Au sortir de performances quatre étoiles face à des cadors du championnat, le RCV veut maintenir sa dynamique positive. Photo Bruno Perel
    Au sortir de performances quatre étoiles face à des cadors du championnat, le RCV veut maintenir sa dynamique positive. Photo Bruno Perel
Publié le

Sur la lancée de sa victoire à Oyonnax et de son statut de leader, le RC Vannetais, en pleine confiance, attend de pied ferme une formation de Montauban qui alterne le bon et le moins bon.

Que peut-on attendre d’une équipe qui vient de s’offrir trois repas pantagruéliques sinon une nouvelle victoire ? L’entrée à Nevers, le plat principal à Biarritz et le dessert à Oyonnax : avouez que ça a de la gueule, non ? Alors, on pourra dire ce que l’on veut, ergoter sur l’âge du capitaine, pinailler sur les horaires des marées, batailler sur la couleur de la lune… il n’en reste pas moins que cette équipe de Vannes, telle qu’elle s’affiche depuis le début du championnat, est taillée pour occuper le devant de la scène et si anomalie - nous avions même écrit un jour incongruité - il y avait hier sur la place réelle de ce club dans le concert huppé et dans l’histoire de ce jeu, ceci tend à disparaître au fil des saisons. Vannes tonne, Vannes détonne mais le club de la préfecture du Morbihan suit son petit bonhomme de chemin, faisant fi du qu’en-dira-t-on.

Allumez le feu…

Ainsi donc, c’est Montauban qui est appelé à défier ce collectif qui en fait voir de toutes les couleurs aux Oyomens lors du dernier acte. Selon une analyse et une démonstration orale désormais classique, Jean-Noël Spitzer se garde bien d’un triomphalisme qu’il serait malgré tout en droit de revendiquer. Le garçon se la joue modeste poussant la réflexion jusqu’à l’humilité et portant toujours en haute estime son prochain adversaire. " Nous allons jouer un match plus classique, dans les standards du Pro D2. Ce sera forcément différent. Il y aura un fort combat d’avants, plus de lancements de jeu sur la prise de la ligne d’avantage, davantage de batailles et enfin plus de vigilance à avoir. Aussi bien dans le jeu au pied que dans le jeu croisé, Montauban a de gros porteurs de balles avec un jeu au pied en hauteur assez exceptionnel avec Jérôme Bosviel (il sera absent pour ce match, N.D.L.R.). Montauban est une équipe qui exploite bien les turnovers et les situations de profondeur dans le jeu au pied."

Fort de ce constat, le groupe breton sait qu’il lui faudra d’abord faire rapidement comprendre à son adversaire que rien ne sera facile pour lui dans cet antre de la Rabine "où il n’y a rien d’agréable à jouer dans un stade vide. C’est même lugubre" ajoute le patron. Aux joueurs alors d’apporter la flamme de l’émotion.

Cette flamme, l’ailier Kevin Bly, l’a allumée vendredi dernier dans l’Ain. Absent des écrans radars sur blessure depuis le 11 septembre, ce dernier a pris son mal en patience. Deux essais (dont un de refusé) et un match plein : "J’avais hâte à retrouver les sensations du jeu." Il a été servi par un collectif en habit des grands soirs. L’ancien Racingman observe aussi la mutation de ce collectif depuis le début de saison. "Les joueurs d’expérience arrivés à l’intersaison, apportent beaucoup. Aujourd’hui, n’importe quelle équipe alignée conservera ce niveau de performance", conclut ce dernier qui sera à nouveau l’un des fers de lance du RCV ce soir.

Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?