Et pendant ce temps, France 7 entretient la flamme

  • En attendant de reprendre avec le 7 de France, Jean-Pascal Barraque effectue une pige à Clermont. Photo Icon Sport
    En attendant de reprendre avec le 7 de France, Jean-Pascal Barraque effectue une pige à Clermont. Photo Icon Sport
Publié le

Depuis le 9 mars, la sélection tricolore n’a plus disputé la moindre minute en compétition. Si leur discipline est à l’arrêt, les bleus n’en cherchent pas moins à conserver une dynamique en vue d’une année 2021 des plus cruciales. Tout en savourant la réussite des leurs à XV.

L’année 2020 devait être celle de tous les défis, de toutes les émotions pour France 7 : les Bleus étaient aux portes du top 5 mondial après six étapes des Sevens Series et parlaient de la qualification aux JO avec l’ambition d’y aller décrocher une médaille. Puis tout s’est arrêté, soudainement. Depuis le 9 mars, la sélection tricolore reste privée de toute compétition. "Heureusement, la FFR continue de soutenir toujours autant le projet à VII, apprécie Jérôme Daret. C’est un luxe au regard de la compétition. Avec Paris 2024 en vue, il y a une vraie ambition." Toutes les autres nations n’ont pas reçu le même soutien en haut lieu…

Après plus de huit mois sans match, l’entraînant entraîneur et l’ensemble de l’encadrement se démènent pour maintenir tout le monde en éveil. Par tous les moyens : Jean-Pascal Barraque et Tavite Veredamu jouent les pigistes de luxe à Clermont en attendant, une demi-douzaine d’autres participent chaque semaine à Marcoussis à des oppositions avec le XV de France et le restant des troupes se maintient en forme avec des stages épisodiques. La semaine passée, huit licenciés de la FFR et onze éléments de Top 14, Pro D2 et Fédérale 1 ont ainsi passé six jours à Toulouse, au stade Ernest-Wallon. Ils ont pu côtoyer les Stadistes de la Ville rose à défaut de s’envoler pour Dubaï pour le lever de rideau de la saison. "ça a permis d’entretenir une dynamique tout voyant de nouveaux joueurs à l’œuvre, évoque le technicien. Il y a la volonté de conserver un socle de performance en vue d’une reprise à 100 %, que l’on espère pour janvier."

Une reprise à 100 % en janvier ?

D’ici là, la sélection reste en chômage partiel à 50 %. Une drôle de période pour ces hyperactifs grands voyageurs : "Ce n’est pas évident à gérer, surtout pour les joueurs. Heureusement, nous avons la chance d’avoir des gars motivés." Jérôme Daret, le premier, se projette sur l’avenir prochain avec optimisme : "J’ai bon espoir que la situation s’arrange. On attend des nouvelles de World Rugby courant décembre. En attendant, ce qu’il nous faut et ce que l’on peut maîtriser, c’est d’être opérationnel pour la reprise en prenant du plaisir et de l’expérience à chaque rassemblement. Pour l’heure, on s’en tient au point de départ qui est le mois d’avril avec les tournois de Hong Kong et Singapour. Il y a une ambition forte d’être prêts pour cette échéance et pour celle du repêchage olympique de juin. En année olympique, la motivation est toute trouvée." Selon la situation sanitaire, un tournoi préparatoire à quatre nations pourrait être organisé en février, en remplacement des deux habituelles étapes de la zone Océanie (Wellington et Sydney), d’ores et déjà retirés de l’agenda. France 7 refermera 2020 avec un dernier stage, du 14 au 18 décembre, pour "clôturer l’année civile" et se projeter un peu plus concrètement sur la suite avec un groupe identique.

Car l’avenir reste radieux pour la sélection, sur une phase ascendante depuis plusieurs années. étrangement, rarement une année aura autant mis en valeur la qualité de son travail avec des ambassadeurs de plus en plus nombreux à XV : "C’est extraordinaire ce qui arrive à Jean-Pascal Barraque. Il a eu l’occasion de montrer à tous qu’il a progressé dans son jeu et mûri. C’est une très belle promotion pour le VII. Il y avait eu Virimi Vakatawa avant. Il y a aussi Gabin Villière. C’est énorme la manière dont il s’est imposé. J’espère qu’il y en aura d’autres. Cela montre à quel point les deux pratiques sont complémentaires." Compétition ou pas, le VII continue d’animer l’actualité.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?