L’Australie vise un bilan à l’équilibre

  • L’Australie vise un bilan à l’équilibre
    L’Australie vise un bilan à l’équilibre Getty Images
Publié le

Dave Rennie va achever sa première saison. Pour l’heure, le bilan comptable est négatif.

Première chose : les Wallabies ont encore une chance de gagner ce Tri-Nations mais il faudrait qu’ils battent les Argentins par plus de cent un points d’écart pour priver les All Blacks du trophée. Autant dire que cette rencontre servira d’abord de point final à la première saison de Dave Rennie. La mission des Australiens sera de concrétiser les progrès aperçus lors des tests de cette année tronquée et de gagner pour équilibrer le bilan de Rennie. Pour le moment, il est négatif : une seule victoire, contre les All Blacks à Brisbane, pour deux matchs nuls et deux défaites.

La der de Hooper

On verra aussi Michael Hooper jouer son dernier match en tant que capitaine, avant de partir pour six mois au Japon pour se refaire une santé financière. Certains pensent que Hooper est devenu un problème. Joueur omniprésent et à la mentalité sans faille, il pose un problème d’équilibre au niveau de la troisième ligne : il est trop petit pour être un numéro 6 de pénétration dont l’Australie a besoin. Et en 7, il n’est pas un gratteur exceptionnel, avec des concurrents plus efficaces. De plus, son capitanat laisse à désirer. Lors du match nul contre les Argentins, il a refusé à plusieurs reprises de prendre les points pour tenter de marquer des essais. Cette approche, très Super Rugby, ne marche pas lors des matchs internationaux où tous les points comptent. Sa gestion du match, quand l’Australie mena 15 à 6, a également fait beaucoup jaser.

Hodge à l’arrière

Lors du premier duel australo-argentin, il faut reconnaître que les Wallabies ont montré beaucoup plus de choses sur le plan offensif que des Argentins, arc-boutés en défense mais peu expansifs ballon en main. Ils ont su se montrer plus créatifs avec un Hodge de plus en plus à l’aise en position d’ouvreur. Le problème de la place qu’il doit occuper samedi s’est posé avec le retour de James O’Connor. Remis de ses deux blessures, l’ex-Toulonnais amène une certaine sérénité à la ligne d’attaque mais il a un jeu au pied beaucoup plus court que Hodge. Rennie a tranché, Hodge passera à l’arrière et le revenant portera le numéro 10. Derrière, Jordan Petaia, très prometteur, doit mûrir et apprendre à mieux distribuer quand il perce balle en main. Les défenseurs adverses ont d’ailleurs compris qu’il suffisait de le pousser vers l’extérieur pour l’enfermer et neutraliser sa dextérité.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jacques BROQUET avec Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?