Le MHR, à cent Foursans !

  • Pour sa deuxième titularisation, la pépite Louis Foursans-Bourdette a brillé et a permis aux siens de s’imposer en terres auvergnates.
    Pour sa deuxième titularisation, la pépite Louis Foursans-Bourdette a brillé et a permis aux siens de s’imposer en terres auvergnates. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Auteur des 21 points de son équipe du haut de ses 18 ans, le jeune Louis Foursans-Bourdette s’est avéré le grand bonhomme de l’importantissime succès du MHR.

Même Fulgence Ouedraogo s’y est trompé. En effet, lorsque le capitaine du MHR fut exhorté par la poignée de plumitifs présente au stade Marcel-Michelin à commenter l’étonnante performance de « Louis », l’expérimenté troisième ligne eut un réflexe comme pavlovien. « Louis ? Après pratiquement un an d’arrêt, il a fait un bon retour, non ? Il nous gratte un ballon important… » Avant de se corriger de lui-même, trompé par la force de l’habitude.

« Ah, mais vous voulez parler du petit ? » Précisément, oui. Parce là où la performance de Louis Foursans-Bourdette fut proprement ahurissante, c’est tout bonnement parce qu’elle apparut normale, logique, évidente, comme inconsciemment aux yeux du capitaine montpelliérain. « Ce qu’il a fait à 18 ans, c’est juste exceptionnel, souriait finalement Ouedraogo. Il a une maturité incroyable. Il m’avait déjà fait une grosse impression la semaine dernière pour sa première de par son implication, mais là, il m’a encore bluffé. »

Garbajosa : « Je lui ai dit de garder son maillot… »

En effet, s’il n’a pas à proprement réalisé un 100 % (concédant un échec lointain dans les dernières minutes), le Nîmois d’origine n’en a pas moins impressionné tout son monde de par la pureté de sa frappe, qui fit mouche à 7 reprises et permit d’inscrire les 21 points de son équipe. « Le travail de nos avants avait déjà été exceptionnel la semaine dernière, je ne contribue qu’à le récompenser, confiait-il modestement à la fin du match au micro de Canal +. Et derrière, on a réussi à avoir une grosse défense. » Une défense dont l’essence fut d’ailleurs de protéger le « minot » en lui demandant de couvrir le troisième rideau, « p’tit Louis » se voyant remplacé sur la ligne de front par les demis de mêlée Cobus Reinach puis Benoît Paillaugue. Parce qu’un diamant pur, voyez-vous, cela se protège…

« Ce qu’il a fait, c’est bien, très bien, grinçait son manager Xavier Garbajosa, soucieux de protéger sa pépite d’une surexposition néfaste. Mais il ne faut pas commencer à le monter très haut, trop vite ! C’est juste la politique du club que de vouloir lancer des jeunes comme ça, de créer une identité. Il est au centre de formation, il profite des blessures des uns et des autres (Pollard, Bouthier, Darmon, N.D.L.R.) pour mettre le nez à la fenêtre, et nous, on lui fait toute confiance. » La preuve ? Remplacé à l’heure de jeu par Lozowski la semaine dernière, Louis Foursans-Bourdette a cette fois été maintenu sur le terrain pendant 80 minutes, la grosse boulette de l’ouvreur anglais contre l’UBB (coupable d’avoir rendu trop facilement à Ben Lam le ballon de contre-attaque qui crucifia les siens) n’ayant manifestement pas été digérée par son staff…

De quoi décrocher, in fine, un sourire à « Garba ». « Il avait déjà fait un bon match la semaine dernière, même s’il avait un peu manqué d’alternance. Et là, pour sa deuxième titularisation, il nous permet de gagner à Clermont. Alors, je lui ai dit de garder le maillot et de bien en profiter, parce que ça n’arrivera pas tous les jours. »

« Qui sait, concluait « Fufu », c’est peut-être en intégrant des jeunes comme ça que l’équipe va se relancer. » Tout comme elle l’avait fait voilà une quinzaine d’années, lorsque Didier Nourault avait lancé au feu une poignée de minots nommés Fulgence Ouedraogo, Louis Picamoles, François Trinh-Duc ou Julien Tomas. L’histoire n’étant jamais qu’un éternel recommencement…
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?