Placines en mode derby

  • Le flanker toulousain s’est rappelé au souvenir des Bayonnais, lui, l’ancien Biarrot, avec une prestation XXL.
    Le flanker toulousain s’est rappelé au souvenir des Bayonnais, lui, l’ancien Biarrot, avec une prestation XXL. Pablo Ordas - Pablo Ordas
Publié le

L’ancien joueur du Biarritz Olympique s’est rappelé au bon temps des derbys basques et a inscrit un doublé sur la pelouse de Jean-Dauger.

Samedi soir, le Pays basque a offert une météo exécrable. De la pluie, du vent et encore de la pluie. Ces conditions ? Alban Placines y est habitué. Pour cause, il a défendu pendant cinq saisons les couleurs du Biarritz Olympique chez les professionnels et a fait ses armes dans la dureté de l’hiver basque, avant de signer au Stade toulousain en 2018. « Pour un retour au pays, j’ai eu le temps qui va avec », rigolait-il au coup de sifflet final.

Stadiste depuis maintenant trois saisons, Placines a gardé du rouge et blanc dans ses veines et ce déplacement à Bayonne était à part, pour lui qui a connu la ferveur des derbys basques chez les jeunes et les pros : « Bien sûr que quand je reviens à Bayonne, il y a toujours cette saveur particulière. » Présent dans le combat où il a fait parler sa densité, le flanker a pesé sur la rencontre en inscrivant un doublé. « Ça fait forcément plaisir de marquer ici, ça rappelle de bons souvenirs », savourait-il en conférence de presse.

Cinq minutes qui changent tout

Alors qu’il était mené jusque-là, le Stade Toulousain n’a eu besoin que d’un court instant pour faire basculer la rencontre en sa faveur. C’était aux alentours de la demi-heure de jeu. Chahuté devant par la belle première ligne bayonnaise, le staff toulousain décidait alors de sortir Paulo Tafili pour faire rentrer l’expérimenté Charlie Faumuina afin de caler l’axe droit de sa mêlée. « On commençait à prendre des pénalités sur mêlée. On pensait qu’on allait prendre certainement un carton jaune. Il fallait donc faire quelque chose. C’était un coaching payant », reconnaissait Jean Bouilhou dans la soirée.

Le All Black aux 50 sélections stabilisait alors le pack rouge et noir sur deux mêlées importantes près de l’en-but adverse. Et, à deux reprises, dans des conditions absolument identiques, Alban Placines s’en extirpait pour finir sa course dans l’en-but. « On savait que Bayonne était très performant en mêlée et que le paquet d’avants faisait l’effort dans ce secteur, poursuivait Bouilhou, dans son analyse. On avait vu sur quelques matchs, effectivement, qu’il y avait possibilité de faire des départs du huit. Leur six, qui protégeait son pilier gauche, était un gros pousseur derrière lui et délaissait, parfois, sa montée défensive. Ça a payé ce soir. »

Le choix de faire glisser Placines au poste de numéro huit sur les mêlées offensives (alors qu’il jouait sept sur les défensives) a aussi porté ses fruits. Bouilhou toujours : « On sait qu’Alban a beaucoup de percussion et de vitesse. Il l’a démontré ce soir. » Et a permis aux siens de l’emporter. Deux essais pour une victoire. Une soirée pleine pour l’ancien international U20, dont le téléphone a bien chauffé après le match, avec des messages de supporters biarrots, bien trop heureux que ses deux essais aient grandement participé à la défaite de l’Aviron. Et quelques mots doux des Bayonnais, lui rappelant le bon temps des derbys…
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?