Cretin n’en finit plus de monter

  • Le troisième ligne a été convaincant face aux Anglais de Gloucester.
    Le troisième ligne a été convaincant face aux Anglais de Gloucester. Icon Sport
Publié le

Auteur d’un match sensationnel qui lui valut l’hommage public de Pierre Mignoni, le troisième ligne lyonnais semble avoir définitivement acquis une dimension supérieure cette saison.

Pierre Mignoni n’est pas vraiment homme de compliments. Voilà pourquoi, à la fin du match, une de ses phrases n’est pas passée inaperçue… « J’ai vu que Xavier Mignot a été élu homme du match, c’est très bien pour lui et pour sa confiance. Mais honnêtement, sur les trente acteurs, il y en a un qui m’a semble au-dessus de tout le monde. » Et le manager lyonnais de préciser sa pensée, au cas où on n’en aurait pas saisi la visée, avançant que « Dylan Cretin a réussi un match exceptionnel ».

De quoi surprendre tout son auditoire et même l’intéressé, à qui les propos de son coach furent aussitôt rapportés. « Il a vraiment dit ça ? Vous auriez mieux fait de le garder pour vous. » Et de concéder, un brin gêné, avoir disputé un match qui lui convenait plutôt bien, à l’instar du Lou… « On est une équipe qui apprécie que le jeu soit délié, qu’il n’y ait pas trop de temps morts, et nos derniers matchs de Top 14 nous avaient quelque peu frustrés à ce sujet, pointait le flanker international. Là, tout le monde a pris du plaisir. C’est ça, la Coupe d’Europe : même quand on a vingt points d’avance, on peut toujours craindre de voir l’adversaire revenir. C’est pourquoi l’équipe ne s’est pas endormie et a bien terminé la deuxième mi-temps. »

Dylan Cretin en premier lieu qui, non content de s’offrir une énorme percée prélude au troisième essai de Xavier Mignot, conclut lui-même la démonstration des siens par un rush de quarante mètres balle en main, conclu par un crochet extérieur sur l’arrière anglais que bien des trois-quarts de Top 14 n’auraient pas renié… « Mon essai, il est assez simple, souriait Cretin. Tout le monde était un peu dans la fatigue, je vois un intervalle et j’appelle Leo Berdeu qui me délivre une super passe sur le fil du rasoir. Après, je n’ai plus qu’à courir. Je vois l’arrière qui arrive, je tente le crochet, et j’ai la chance que ça passe. »

Sur la lancée de la Coupe d’automne

La chance… ou plutôt le talent ? Libre à chacun de se faire une opinion à ce sujet, quand nous nous bornerons simplement à constater le cap qu’a semblé franchir Dylan Cretin depuis le Coupe d’automne, son entrée en jeu convaincante face à l’Irlande et sa titularisation en Écosse. Comme si le flanker surfait sur une vague qui ne devait jamais s’abattre, à l’image de son contest gagnant sur l’ultime pénaltouche face à La Rochelle, la semaine précédente. « Et encore, on voit qu’en Coupe d’Europe, le potentiel de nos joueurs s’affirme encore plus, pointait Mignoni. Ce n’est pas que le Top 14 est faible, c’est qu’il est différent. En Coupe d’Europe, il faut hausser le curseur dans certains domaines, et je crois que nous avons les joueurs pour, à l’image de Dylan. »
Le genre de joueur sur qui le Lou va évidemment compter pour savoir, à Glasgow, s’il est oui ou non de la trempe des meilleurs en Europe…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?