Exeter, champion au tapis... vert

  • Exeter Chiefs' Olly Woodburn is tackled by Glasgow Warriors' Brandon Thomson during the Heineken Champions Cup Pool B match at Sandy Park, Exeter. 
By Icon Sport - Sandy Park - Exeter (Angleterre)
    Exeter Chiefs' Olly Woodburn is tackled by Glasgow Warriors' Brandon Thomson during the Heineken Champions Cup Pool B match at Sandy Park, Exeter. By Icon Sport - Sandy Park - Exeter (Angleterre) PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Alors qu’ils se préparaient à affronter le Stade toulousain pour le choc de la poule B, les Chiefs d’Exeter ont été frappés par la pandémie et ont vu leur match annulé. Une décision qui réduit considérablement leurs chances de qualification.

Exeter ne soulèvera pas pour la deuxième année consécutive la Champions Cup. En tout cas, c’est très peu probable. C’est cruel, mais c’est ainsi. Pourtant, les joueurs du Devon semblaient bien partis pour marcher sur les traces des Saracens, leurs éternels rivaux, et signer un doublé à la suite (2016-2017). Déjà premiers du championnat anglais après trois journées (grâce à trois victoires bonifiées contre les Harlequins, Bath et Leicester), les hommes du manager Rob Baxter avaient atomisé les Glasgow Warriors la semaine dernière sur le score de 42 à 0. Le choc face au Stade toulousain, remake de la dernière demi-finale qui avait tourné à l’avantage des Anglais, se présentait comme une véritable finale avant l’heure d’autant que les Toulousains s’étaient imposés en Ulster avec le bonus.

Mais ce choc n’arrivera pas. Comme révélé par nos soins sur rugbyrama.fr, l’effectif d’Exeter compte une multitude de cas de Covid-19. Entre 15 et 19, selon nos informations. Dans ces conditions, l’EPCR a rapidement décidé d’annuler la rencontre. Selon les règles, le Stade toulousain se voit ainsi attribuer une victoire bonifiée, et un score de 28-0. Si mathématiquement tout est encore possible, cette défaite sèche condamne quasiment les Chiefs dans leur aventure européenne, tandis qu’elle propulse les Haut-Garonnais tout en haut du classement avec Lyon, qui a également eu match gagné avec bonus face aux Glasgow Warriors qui ont été contraints de placer en quarantaine pas moins de 20 des 23 joueurs prévus sur la feuille de match. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, comme on dit…

Baxter le redoutait

Dans l’absolu, cette vague de contamination au sein de l’effectif des Chiefs n’est malheureusement pas surprenante. En effet, la ville d’Exeter est encore durement touchée par le virus. En octobre dernier, le manager Rob Baxter ne cachait déjà pas son inquiétude quant à une éventuelle épidémie dans son effectif : "Je suis moi-même terrifié par ce virus, alors je ne vais pas vous cacher que cette perspective me fait peur. Pour l’heure, nous n’avons pas été touchés. Mais nous sommes très pointilleux et les joueurs sont exemplaires. Ils se sont confinés mais cela ne peut pas durer pour l’éternité. C’est impossible. Nous vivons dans une zone où, tôt ou tard, le virus frappera la communauté si aucun vaccin n’est trouvé. Une fois qu’il sera dans la communauté, nous pourrions rapidement devenir l’une des équipes les plus touchées du pays. Chacun va se retrouver dans un scénario différent. Est-ce que cela m’inquiète ? Oui."

La funeste prémonition du boss des Chiefs s’est avérée juste. Son équipe est aujourd’hui durement touchée par le virus, mais espère tout de même être en mesure de disputer son prochain match de championnat anglais contre Gloucester, prévu à l’occasion du Boxing Day le 26 décembre prochain. Il n’en reste pas moins que cette "défaite par Covid" envoie quasiment les tenants du titre au tapis…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?