L'Oscar de la semaine : Stander, l’homme de fer

  • L'Oscar de la semaine : Stander, l’homme de fer
    L'Oscar de la semaine : Stander, l’homme de fer Icon Sport
Publié le

Colossal. Voilà le mot qui résume à peu près le mieux la performance du numéro 8 du Munster CJ Stander, dont l’influence fut évidemment essentielle dans l’incroyable remontée au score des Munstermen, capables d’infliger un 30-3 aux Clermontois dans les 50 dernières minutes. Pour la résumer ? Il y a les sacro-saintes statistiques, bien sûr : 9 plaquages réussis (meilleur total du match), 3 ballons gagnés (meilleur total du match également), 10 ballons portés, 20 mètres parcourus, 2 défenseurs battues

Des données brutes et froides qui ne disent finalement rien de l’impression de puissance et de sérénité dégagée par Stander sur chacune de ses interventions, à l’image de « coffrages » qu’il asséna à plusieurs reprises aux attaquants clermontois, ou de ce fabuleux sauvetage qui le vit empêcher le phénomène Peceli Yato d’aplatir un essai tout fait, en le retournant sur le dos au moment de marquer.

Difficile de voir un hasard dans le fait que c’est lui, et personne d’autre, qui fut chargé de conduire le ballon porté décisif et inscrire l’essai de la gagne à la face de Clermontois comme médusés par ce mélange détonnant de résilience, d’endurance et de rudesse que CJ Stander incarnait mieux que personne, au point de lui valoir sans conteste le titre honorifique d’homme du match, que son ouvreur JJ Hanrahan aurait tout autant mérité de par sa précision au pied (100 % de réussite et 24 points marqués) qui maintint ses hommes dans le match en première période…

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?