Oyonnax peut nourrir des regrets

  • David BEUN referee gives a red card for Valentin URSACHE of Oyonnax and Mathieu ACEBES of Perpignan  during the Pro D2 match between US Arlequins Perpignanais and US Oyonnax at Aime Giral Stadium on December 18, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade Aime Giral - Perpignan (France)
    David BEUN referee gives a red card for Valentin URSACHE of Oyonnax and Mathieu ACEBES of Perpignan during the Pro D2 match between US Arlequins Perpignanais and US Oyonnax at Aime Giral Stadium on December 18, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade Aime Giral - Perpignan (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Privée de plusieurs joueurs, et touchée par la Covid-19 en début de semaine, la formation haut-bugiste a fait déjouer l’Usap, sans toutefois réussir à l’emporter ni même décrocher le bonus défensif.

De l’envie, de l’engagement, de nombreux cris venus du banc. Oyonnax était en opération commando, vendredi sur la pelouse d’Aimé-Giral. Là où ils n’avaient jamais gagné, ni même marqué le moindre essai dans toute leur histoire, les Haut-Bugistes espéraient créer l’exploit. Le mot peut surprendre, mais il a pourtant pris cette étonnante dimension jeudi dernier sur les coups de 18h, quand, à l’annonce de la composition d’équipe, le club de l’Ain ne pouvait présenter que vingt-deux joueurs. Quelques jours avant de se rendre en Catalogne, Oyonnax a été touché par l’épidémie de Covid-19. Au total, une quinzaine de joueurs absents, des cadres pour la plupart. Et un seul talonneur finalement apte à jouer (Teddy Durand, NDLR). 

Edmonds : « Content et fier du groupe »

Alors que l’on attendait un choc au sommet, et une feuille de match garnie de beaux curriculums vitæ, Oyonnax s’est présenté avec des armes bien moins redoutables que prévues. Qu'à cela ne tienne, les joueurs de Joe El Abd ont réussi à faire déjouer l’ogre catalan et ont longtemps été en mesure de l’emporter. Quelques minutes d’absences, peu avant et peu après la mi-temps ainsi qu’un manque de réalisme en fin de match leur ont finalement été fatals. « Il y avait beaucoup de combat. Je pense qu’on a fait trop d’erreurs pour continuer à mettre la pression sur cette belle équipe de l’Usap. C’est ce qui a fait la différence. On a eu du mal à gérer notre occupation, nous avons été trop indisciplinés, aussi. Bien sûr qu’il y a des regrets, surtout que nous avons eu trois touches d’affilée sur leurs cinq mètres dans le dernier quart d’heure… », résumait Manny Edmonds. « Il ne faut pas oublier que nous avons aussi un match important mardi contre Biarritz à la maison. Il faut prendre ça en compte aussi. Je suis content et fier du groupe, ce n’était pas facile », saluait l’ancien de la maison usapiste. En cas de succès, mardi face au BO, Oyo resterait au contact de Vannes et de Perpignan. Le club de l’Ain a perdu une bataille, mais certainement pas la guerre.

Edmonds « chez lui » à Aimé-Giral

En conférence de presse d’après-match, l’entraîneur d’Oyonnax Manny Edmonds s’est dit ému de revenir à Aimé-Giral. L’ancien demi d’ouverture de l’Usap a même partagé une bière dans le vestiaire catalan au terme de la rencontre. À consommer avec modération, évidemment.

Premiers cartons rouges de la saison

À la 77e minute de la rencontre, un échange de mauvais gestes entre plusieurs joueurs ont poussé l’arbitre M. Beun à exclure définitivement le capitaine catalan Mathieu Acebes et le deuxième ligne haut-bugiste Valentin Ursache. Avant ce match, Perpignan et Oyonnax n’avaient pas encore encaissé de carton rogue cette saison.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Émilien VICENS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?