"Ibou" prend son envol

  • Le jeune troisième ligne Ibrahim Diallo a su saisir sa chance durant la période internationale. Photo Icon Sport
    Le jeune troisième ligne Ibrahim Diallo a su saisir sa chance durant la période internationale. Photo Icon Sport Icon Sport
Publié le

Après plusieurs performances abouties, le troisième ligne Ibrahim Diallo grappille de plus en plus de temps de jeu. Dimanche, il sera titulaire pour la cinquième fois de la saison en Top 14 dans une équipe remaniée.

Le Racing 92 va bien, merci pour lui. Troisième du Top 14 avec un match en retard sur La Rochelle et le Stade toulousain qui occupent les deux premières places, le club des Hauts-de-Seine vient de faire le plein de points en Champions Cup (10/10) et sort d’une performance plus que probante sur la pelouse des Harlequins de Londres. Alors, à l’instant d’affronter le SU Agen qui n’a pas encore réussi à accrocher la moindre victoire cette saison sinon celle décrochée sur tapis vert en Challenge Cup, l’heure est à la rotation dans les rangs du vice-champion d’Europe. Logique, forcément logique. Simon Zebo, Hassane Kolingar, Dominic Bird, Donovan Taofifenua, Baptiste Chouzenoux ou encore Bernard Le Roux en congés cette semaine, le Racing présentera une formation remaniée. «Nous sortons d’une série de matchs très intenses, confirme le manager Laurent Travers. Certains joueurs ont besoin de souffler. Et puis, c’est l’occasion pour d’autres de montrer que l’on peut compter sur eux.»

Parmi eux, Ibrahim Diallo. Le jeune troisième ligne de 21 ans, sacré champion du monde moins de 20 ans en 2018, monte en puissance. Dimanche, il fêtera sa cinquième titularisation cette saison en Top 14. «En début d’année, je m’étais fixé des objectifs, mais je crois que je vais devoir les revoir à la hausse», sourit celui qui a débuté le rugby à Sarcelles, comme Sekou Macalou ou Judicaël Cancoriet avant lui. Des joueurs dont il pourrait bien suivre les traces. «C’est un garçon qui a beaucoup d’explosivité, un gros caractère, souligne Travers. Il ne demande qu’à apprendre. Depuis le début de saison, il répond présent à chaque fois qu’on fait appel à lui. Sa progression s’est vraiment accélérée depuis quelques mois.» «C’est normal, reprend celui que ses partenaires surnomme "Ibou". Avant je ne jouais que des bouts de match. Aujourd’hui, Laurent me fait de plus en plus confiance. Et c’est en jouant que l’on apprend.»

Travers le voit un jour en bleu

Diallo, c’est un caractère bien tranché et un physique taillé dans le roc (1,92 m ; 108 kg) qui font de lui un défenseur de premier ordre. «Il doit encore progresser en attaque et sur sa capacité à jouer debout, tempère Travers. Sans oublier sa concentration.» "Ibou" sourit : «C’est vrai, je suis un peu tête en l’air parfois, mais Henry (Chavancy) est toujours sur mon dos pour que je reste attentif.» Ces petits défauts gommés, Laurent Travers lui prédit une carrière internationale. «Il en a encore sous la pédale», jure le manager ciel et blanc. Le flanker, lui, ne veut pas s’emballer. Il pense d’abord à ce match contre Agen, lanterne rouge et aucun succès en Top 14 cette saison. «Raison de plus pour ne pas prendre ce match à la légère, conclut-il. Les Agenais n’auront rien à perdre.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?