La Rochelle, leader en pleine maîtrise

  • Kevin Gourdon et les Rochelais, leaders en grande forme
    Kevin Gourdon et les Rochelais, leaders en grande forme Hugo Pfeiffer / Icon Sport
Publié le

Infirmerie quasiment vide, confiance totale, vestiaire plus soudé que jamais, le leader aborde 2021 avec tous les voyants au vert.

Samedi soir à Armandie, le Stade rochelais aura une carotte toute trouvée pour performer. En cas de victoire face au SUA qui n’a toujours pas remporté le moindre match, le club à la caravelle bouclerait tout simplement la meilleure phase aller de son histoire dans l’élite. Mieux, donc, que les 42 points acquis il y a deux ans, à mi-saison. Si, à ce stade, rien ne garantit encore une place en phases finales, les hommes de Jono Gibbes semblent, en tout cas, portés par une bonne étoile depuis le début de l’exercice. Totalement épargnés par la pandémie de Covid-19, ils composent aussi, jusqu’ici, avec un nombre relativement limité de joueurs sur le flanc. Non sans un brin de réussite à l’ouverture. Ihaia West touchait justement du bois la semaine dernière, geste à l’appui, quand un journaliste lui faisait remarquer que le Maori et Jules Plisson n’étaient jamais blessés en même temps.

Dans le sillage de l’ancien Parisien, touché aux ischio-jambiers à Édimbourg, l’infirmerie va d’ailleurs se dégraisser presque intégralement en janvier. Après Romain Sazy et Dany Priso la semaine passée, le Stade rochelais va maintenant pouvoir s’appuyer sur les retours de Victor Vito (bras), d’Arthur Retière (adducteurs) et de Pierre Boudehent (épaule). Seul Vincent Pelo, indisponible pour de longs mois après une opération des cervicales, devra encore patienter pour retrouver les terrains d’entraînement.

« Primordial de continuer sur cette lancée »

Le staff, pas malheureux de pouvoir bientôt compter sur un «groupe encore plus fort, plus consistant», dixit Sébastien Boboul, espère aussi surfer un bout de temps sur le coup de force réalisé dimanche dernier, en infériorité numérique, contre Montpellier (22-9). «La période fin décembre/janvier fait basculer ou non dans une bonne dynamique pour la fin de saison, en championnat et en Coupe d’Europe, souligne Brice Dulin, arrière aux deux Brennus. Ça va être vraiment primordial de continuer sur cette lancée pour finir le mois de janvier d’une façon très positive et appréhender les choses beaucoup plus sereinement. Agen ? On sait que, dans la saison, ils vont avoir un sursaut d’orgueil. C’est pour ça qu’il ne faut pas y aller trop serein. Si on passe à côté dans l’intensité et dans la stratégie, on peut perdre beaucoup de points là-bas. C’est une étape supplémentaire dans notre construction.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?