Toulouse, la vie sans Ntamack

  • Le Stade toulousain devra faire sans Ntamack dans les prochaines semaines.
    Le Stade toulousain devra faire sans Ntamack dans les prochaines semaines. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Privé de son ouvreur sans qui son ratio de victoires passe de 85 à 50 %, le Stade devra pourtant trouver des solutions pour franchir cet importantissime mois de janvier.

Il eut beau s’accrocher, lutter face à l’évidence et à la douleur pendant près de trente minutes, Romain Ntamack dut malheureusement se rendre à l’évidence à la suite d’une poussette au visage de Pablo Uberti : le choc à la mâchoire qu’il avait subi à la 27e minute de la première période lors d’un contact avec Yoram Moefana avait eu beaucoup plus de conséquences qu’espéré. Des radios passées le lendemain le confirmèrent, sans ambages, révélant une double fracture de la mâchoire synonyme d’opération mardi matin, et de 6 à 8 semaines d’arrêt. Forcément une tuile pour le XV de France (lire en page 16) mais surtout pour le Stade toulousain, obligé de composer une nouvelle fois sans son demi d’ouverture titulaire. Comme si les doublons n’avaient pas suffi… Car si l’on n’ira pas jusqu’à parler de dépendance, force est de constater que les résultats du Stade avec ou sans Ntamack ne sont pas exactement les mêmes.

Avec leur ouvreur, les Toulousains ont en effet empoché 6 victoires en 7 matchs, concédant leur unique défaite en ouverture du championnat à Clermont (33-30), réalisant au passage plusieurs démonstrations face à des "gros" comme l’Ulster en Champions Cup, ou La Rochelle, Toulon, le Racing et l’UBB en championnat. Sans Ntamack, en revanche, le bilan est nettement moins flatteur puisque les Stadistes ne tournent plus qu’à 50 % de victoires (qui plus est face à des "petits" comme Brive, Pau et Agen), concédant au passage un match nul à domicile contre Castres (16-16) et deux défaites à Paris et Lyon, cette dernière s’étant tenue à Ernest-Wallon…

Zack Holmes, première option

De quoi redouter la période qui se présente ? Forcément, même si Toulouse a des solutions de rechange. Initialement prévu au centre, Zack Holmes devrait ainsi retrouver à Montpellier son numéro 10 fétiche et ses prérogatives de buteur, comme lors des victoires obtenues à l’extérieur face à Brive (16-36) et Pau (16-22). Car si la tentation aurait pu être grande pour Ugo Mola de relancer Thomas Ramos à son poste de formation, qui le fit champion de France en 2019 (et où il avait plus récemment excellé face à Agen voilà quelques semaines, avant de bien terminer la rencontre face à l’UBB), ce serait oublier que le Stade a d’autres échéances très importantes à préparer ces prochaines semaines, avec la réception du Stade français qui sera (normalement…) suivie des deux dernières journées qualificatives de Champions Cup.

Autant d’échéances en vue desquelles le Stade ne pouvait logiquement pas mettre tous ses œufs dans le même panier, au point de profiter de ce déplacement à Montpellier pour relancer d’autres joueurs en manque de temps de jeu comme les Fouyssac, Miquel et compagnie, sans oublier Arthur Bonneval qui devrait retrouver la compétition moins de six mois après sa rupture du tendon d’Achille cet été…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
StadeToulousain Il y a 1 année Le 10/01/2021 à 08:50

C'est allucinant que Romain est pu jouer plus de 40 minutes avec une double fracture à la mâchoire! Je pense que certains joueurs comme lui devraient s'écouter un peu plus et passer la main. Les blessures pourraient s'aggraver et devenir plus graves. Il n'a que 21 ans et une longue carrière devant lui! A condition qu'il ménage sa monture ;-)

jmbegue Il y a 1 année Le 01/01/2021 à 21:50

Je trouve un peu bizarre que vous attribuiez les défaites juste à l'absence de Romain N'Tamack.
Vous semblez oublier un peu qu'au même moment Dupont, Ramos et 3 ou 4 joueurs étaient retenus par l'équipe de France.