Coûte que coûte, le Tournoi aura lieu

  • Coûte que coûte,  le Tournoi aura lieu.
    Coûte que coûte, le Tournoi aura lieu. PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

A priori, les derniers rebonds de l’épidémie n’y feront rien : le Tournoi des 6 Nations devrait avoir lieu aux dates initialement prévues. Enfin, une bonne nouvelle.

Les dernières nouvelles entourant la pandémie ne sont pas bonnes. Dernièrement, les contaminations se sont accélérées au Royaume Uni (Irlande du Nord, Angleterre, pays de Galles et Écosse continentale), obligeant les gouvernements respectifs à élargir le confinement pour tenter de contenir une éventuelle troisième vague. Dans la foulée, c’est le Premier ministre irlandais qui a décidé de durcir un « lockdown » qui avait il y a peu été assoupli.

Passé ces différentes orientations politiques, une question demeure : le Tournoi des 6 Nations, censé débuter le 6 février, va-t-il pouvoir être disputé ? Bernard Laporte, le patron de la FFR et vice-président de World Rugby, explique en préambule : « Jusqu’ici, il n’y a pas de report envisagé. Nous allons donc fonctionner comme nous l’avons fait durant la Coupe d’Automne des Nations, en présentant au moment de franchir la frontière un test négatif datant de 72 heures. Simplement, ce qui changera par rapport à l’automne, c’est qu’il nous faudra peut-être aussi un test négatif pour revenir chez nous. On verra. Quoi qu’il en soit, il est vital que le Tournoi se dispute. » De fait, l’enveloppe des droits télés reversés par la société commerciale du Tournoi des 6 Nations équivaut à 100 millions d’euros, soit environ 17 millions d’euros pour chacune des fédérations membres. À ce sujet, Benjamin Morel, le directeur du Tournoi des 6 Nations, analyse : « Les enjeux financiers sont en effet conséquents pour les fédérations, qui puisent dans ces enveloppes pour soutenir le rugby amateur sur leur territoire. »
 

Première décision mi-janvier

 

À la tête de la société commerciale du Tournoi depuis 2018 après avoir dirigé la branche Europe de la NBA (l’institution dirigeant le basket nord-américain), ce Français de 47 ans est, pour l’instant, confiant sur le bon déroulement de la compétition. « S’il y a une fermeture des frontières pour tout le monde, explique-t-il, cela posera évidemment problème. Mais pour l’instant, le monde du sport professionnel reste épargné par les restrictions de déplacement et donc, en l’état actuel des choses, le Tournoi des 6 Nations débutera bien début février. »

Pour étayer son argumentaire, il poursuit : « On a prouvé lors de la dernière Coupe d’Automne des Nations que le rugby international pouvait organiser quatre matchs par week-end au beau milieu d’une deuxième vague : ensuite, vous évoquez le nouveau confinement irlandais mais il est, à l’heure actuelle, le même qu’en novembre dernier. On se prépare donc, avec les contraintes qu’on connaît bien, pour démarrer la compétition le 6 février. » Mais à huis clos ou non ? « On attend les retours des gouvernements. Pour le moment, on n’en sait rien et nous ne pouvons pas mettre des billets en vente tant que nous ne sommes pas informés des décisions des gouvernements respectifs. Pour l’ouverture du Tournoi, nous attendrons donc jusqu’à mi-janvier pour instaurer ou pas un huis clos total. En fonction du contexte, nous nous adapterons, week-end après week-end. »

Quant au principe de la bulle sanitaire qui avait régi la dernière Ligue des Champions de football à Lisbonne ou les phases finales de NBA à Orlando, il a, pour le moment, été écarté. Benjamin Morel conclut : « Pour l’instant, le principe de bulle sanitaire n’a pas été envisagé. Si les frontières étaient fermées aux sportifs professionnels, nous aviserions mais pour le moment, il n’y a aucune raison de figer la compétition sur un seul lieu. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?