Vannes veut repartir de plus belle !

  • Vannes veut repartir de plus belle !
    Vannes veut repartir de plus belle ! Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après une pause salvatrice d’une dizaine de jours, le RCV a repris samedi le chemin de l’entraînement. Objectif : préparer ce délicat déplacement à Colomiers et entamer l’année sur ses mêmes bases que celles de fin 2020.

Vice-champion d’automne, le RC Vannes regarde aujourd’hui droit devant. Ce qui hier encore était un rêve improbable, celui de s’inviter à la table des nantis de ce ProD2, est, à l’aube de cette nouvelle année, une réalité. Et désormais le RC Vannes doit tomber le masque ne plus se cacher derrière son petit doigt et se la jouer modeste ! C’est clair, c’est net, il vise non seulement une place qualificative pour la phase finale, mais bien une place en finale. En témoigne le super coup réalisé par le club vannetais en enrôlant Rodrigo Bruni, troisième ligne international argentin qui a encore dernièrement contribué à la victoire des Pumas contre les Blacks. Certes, il ne sera pas qualifié pour le déplacement à Colomiers, mais une fois les formalités administratives résolues, et quarantaine passée, le solide argentin sera un atout de poids et de talent pour le club vannetais.

Dans l’instant, et fort d’une infirmerie qui a pu se vider en partie pendant la trêve, le RC Vannes se déplace à Marcel-Bendichou en ayant à l’esprit la solidité de l’équipe columérine qui, juste avant Noël, s’est offert le luxe de se taper l’Usap et qui reste à domicile sur 17 rencontres sans défaite. Total respect !

Programme copieux

Si le déplacement à Colomiers clôt le chapitre des matchs allers, le programme réservé au RC Vannes courant janvier et février est pour le moins copieux et indigeste. « Si nous passons l’hiver sans encombre, il sera temps de revoir nos ambitions (sous-entendu à la hausse, N.D.L.R.) », confessait Jean-Noël Spitzer au soir de la victoire sur Soyaux-Angoulême. L’équipe vannetaise a montré, depuis août dernier, qu’elle avait de la ressource. Que ses fins de rencontres en boulets de canon (Béziers, Nevers notamment) sont autant de gages de réussite. Reste que cette reprise se fait toujours un peu dans l’inconnu. Quid de l’état physique des uns, quid du surpoids après les fêtes des autres, quid de la motivation collective… autant de paramètres à prendre en compte avant ce déplacement, dont le résultat pourrait conditionner beaucoup de choses sur les deux mois à venir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Le Pallec
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?