Acebes : « Un vrai test sur ce mois de janvier »

  • "Un vrai test  sur ce mois de janvier" "Un vrai test  sur ce mois de janvier"
    "Un vrai test sur ce mois de janvier"
Publié le , mis à jour

En tête a mi-championnat, Perpignan est de retour sur les pelouse pour affronter Provence. L'ailier Mathieu Acebes revient sur le bon début de saison de son équipe et évoque le mois de janvier à venir. 

Quel est votre état d’esprit après cette petite trêve et à quelques jours de la reprise, samedi à Provence Rugby ?

On réalise pour le moment un parcours satisfaisant, avec trois défaites sur quatorze matchs. On a su tirer les leçons de cette première partie de saison avec notamment certains aspects du jeu qui nous manquent encore et qui sont à travailler. L’équipe est contente d’avoir accompli cette première partie de saison, mais nous ne sommes pas arrivés, loin de là. On aimerait faire encore plus. Perpignan va avoir un vrai test sur ce mois de janvier, avec trois déplacements pour une seule réception. Le programme qui nous attend est vraiment très costaud. On va être mis devant le fait accompli et nous allons devoir prouver que l’équipe a du caractère et peut mieux faire.

Ce prochain mois peut-il être un tournant de votre saison ?

La saison est encore longue derrière. Mais c’est vrai que tous les points pris ne sont plus à prendre. Ça va surtout être important de garder un bon rythme. Habituellement, avec la phase aller que nous avons réalisée, nous aurions dû avoir de l’avance. Mais cette saison, on se rend compte que ce n’est pas le cas et que les autres concurrents marchent aussi bien. Le rythme est assez élevé.

Aix-en-Provence, un mauvais souvenir pour l’Usap avec une défaite sans panache en début de saison dernière (25-10)…

Je suis totalement d’accord oui. Nous avions été ridicules sur la pelouse de Provence Rugby la saison dernière. Un match complètement loupé, avec un manque d’envie, un manque de combat, un manque de tout… On a existé deux minutes cinquante avec ce premier essai, puis nous nous sommes écroulés. Mais il ne faut pas se baser sur ce match-là, Provence a encore évolué et progressé depuis. De notre côté, nous avons un challenge à relever.

Perpignan a justement beaucoup progressé autour de l’état d’esprit depuis plus d’un an. Confirmez-vous cette régularité dans le caractère ?

Le seul accroc pour moi cette saison, c’est Colomiers. C’est un match que l’équipe avait en main. On a manqué d’envie et on leur a donné facilement ce match. Cette deuxième période, ce n’était pas l’Usap, ce n’était pas nous. Et c’est un peu rageant car l’état d’esprit de l’équipe avait été très bon depuis le début de la saison. Je suis d’accord.

L’international argentin Jeronimo De La Fuente a intégré votre effectif. Quelles sont vos premières impressions ?

Jeronimo, c’est beaucoup de simplicité, beaucoup d’envie. Il veut nous prouver qu’il va être au rendez-vous avec notre équipe de l’Usap. C’est quelqu’un qui a le niveau international. Il s’acclimate rapidement, que ce soit à notre système de jeu ou à notre vie de groupe. Maintenant, il ne faut pas attendre de Jeronimo qu’il soit le messie. Il va nous aider à passer un cap mais il ne faut pas voir en lui un sauveur. Ce serait une erreur de la part des supporters de croire qu’il va gagner les matchs à lui tout seul. C’est un joueur très performant, très simple dans son jeu avec très peu de déchet.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Émilien VICENS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?