Laval : « Le mois de janvier sera décisif pour nous »

  • "Le mois de janvier sera décisif pour nous"
    "Le mois de janvier sera décisif pour nous"
Publié le , mis à jour

Avant la rencontre contre Soyaux-Angoulême, le pilier du Stade Montois, Victor Laval aborde ce match contre un concurrent direct au maintien et revient sur le début de saison délicat des Landais. 

Vous rencontrez ce vendredi soir une équipe qui est au pied du mur. Comment abordez-vous ce match ?

C’est un match à prendre très au sérieux face à un rival pour le maintien. On sait que cette équipe a des qualités et qu’elle reste très solide devant. Il faudra donc répondre à ce défi-là pour espérer rivaliser et ramener quelque chose.

Lors de vos déplacements, mis à part à Perpignan, vous montrez un visage plutôt positif. Est-ce porteur d’espoir pour ce soir ?

Oui bien sûr, lors de nos deux derniers déplacements en particulier nous avons été assez performants mais nous en sortons tout de même un peu frustrés, avec la sensation qu’il y avait mieux à faire, que ce soit à Biarritz ou à Carcassonne. Il nous a manqué un brin de lucidité pour l’emporter. Il faut arriver à rester attentifs jusqu’au bout et ne pas faire de fautes dans les moments clés de la rencontre.

Il y a deux mois, vous parliez de maintien. Le discours est-il toujours le même ?

Pour le moment, on ne peut pas parler d’autre chose. Nous sommes quatorzièmes à égalité avec Soyaux-Angoulême, il est clair que nous jouons le maintien et que nous devons nous focaliser uniquement sur cet objectif.

Pourtant depuis novembre, les choses vont mieux. Qu’est-ce qui vous a permis de sortir de cette spirale négative ?

Les coupures à répétition dues à la covid ne nous ont pas aidés à trouver notre rythme. Par exemple, nous étions à quatorze fautes par match en début de saison alors que nous sommes passés à sept sur les quatre dernières rencontres. Nous avons fait un gros travail sur le plan défensif et c’est une des clés de l’amélioration générale. La victoire face à Rouen a aussi constitué un déclic, comme notre conquête, qui a été précieuse dans des conditions climatiques difficiles. Mais le point essentiel, c’est que nous avons enfin pu enchaîner les matchs.

Vous commencez ce soir un nouveau championnat où vous n’aurez quasiment plus de repos. L’équipe a-t-elle les moyens de supporter cette cadence ?

Je pense que oui. Nous n’avons pas un effectif très large mais, en contrepartie, tout le monde est concerné et quels que soient les joueurs alignés, chacun donne le maximum. C’est une volonté du staff qui insiste beaucoup sur la solidarité, l’état d’esprit. Le groupe reste très soudé et c’est un atout pour aborder ce calendrier.

Ce mois de janvier (déplacement à Angoulême, réceptions de Perpignan et Aurillac et déplacement à Nevers, N.D.L.R.) ? Vous paraît-il décisif pour la suite de la saison ?

Clairement. Si nous arrivions à enchaîner des résultats positifs maintenant, cela nous ferait forcément beaucoup de bien en termes de confiance et d’ambition, nous permettrait de nous libérer de la pression liée au classement et de jouer un peu plus relâchés. Et on sait que ce sont des paramètres importants pour entreprendre avec plus de sérénité.

Que faut-il vous souhaiter pour 2021 ?

Que nous puissions assurer le maintien au plus vite, honorer ce maillot et retrouver le Stade Montois des années précédentes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?