L’heure de Zarantonello

  • Loris Zarantonello reste positif et ambitieux malgré un contexte difficile à Agen. Photo Icon Sport
    Loris Zarantonello reste positif et ambitieux malgré un contexte difficile à Agen. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

En vue ces dernières semaines, le jeune talonneur Loris Zarantonello veut à tout prix que son club décroche sa première victoire Et, pourquoi pas, sa revanche.

Qu’importe la période trouble que traverse à l’heure actuelle le SUA, le jeune talonneur Loris Zarantonello ne compte pas bouder son plaisir : «Depuis toujours, le Top 14 me fait rêver. J’ai été formé à Montauban, je pensais que je ne quitterais jamais mon club et ma ville. Mais je suis venu à Agen parce que c’est un club historique et qu’il m’offrait la possibilité de jouer dans un championnat qui me fait rêver», nous confiait, dans la semaine, l’international des moins de 20 ans. Voilà deux ans que le talonneur vit donc son rêve éveillé. Sauf que cette année, il en profite encore davantage. En effet, le championnat n’en est pas encore à sa moitié que Zarantonello a déjà quasiment doublé son temps de jeu par rapport à la saison dernière : sept apparitions et deux titularisations pour 215 minutes jouées contre seulement quatre feuilles de match et une titularisation la saison passée (125 minutes) : «Sur le plan personnel, je suis partagé entre la joie de jouer et la frustration de ne pas avoir encore remporté la moindre victoire. Mais je n’ai que 20 ans et je n’ai pas de question à me poser : Je dois jouer le plus possible dans ce Top 14.»

Sauf blessure, le souhait du talonneur devrait être exaucé. D’abord parce qu’il est tout simplement performant sur le terrain. Il y a deux semaines, au Racing, il fut l’un des Agenais les plus en vue malgré la lourde défaite (45-10). Déjà d’ordinaire très mobile et actif, la pelouse synthétique de l’impressionnante U Arena lui a littéralement donné des ailes. Certes il n’a, avec ses jeunes coéquipiers de la première ligne Fernandez Correa (23 ans) à gauche et Alex Burin (21 ans) à droite rien pu faire face à la puissance brute de la mêlée du Racing qui avait aligné Gogichasvili, Baubigny et Gomes Sa, mais il s’est rattrapé dans le jeu courant en plaquant à tour de bras et au niveau des genoux, comme à son habitude. L’autre raison, c’est que le talonneur tongien Paula Ngauamo ne rejouera plus pour le SUA cette saison, ni jamais. Voilà qui libère donc une place. Mais le jeune international n’en a cure : «Je ne m’intéresse pas à ces histoires. On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait. L’important est que je progresse pour moi et pour l’équipe.»

« Avoir un état d’esprit revanchard »

L’avenir immédiat de Loris Zarantonello passera justement par Castres, où le SUA se déplacera samedi : «Ce sera un match au goût de revanche, puisque les Castrais s’étaient imposés d’emblée chez nous lors de la première journée», rappelle l’intéressé. Une rencontre qu’il n’avait pas disputée. Mais dont il garde un goût amer, comme toutes les autres défaites concédées cette saison : «Mentalement, ce n’est pas toujours facile mais on ne doit pas lâcher. Il faut trouver le positif et continuer à travailler pour décrocher cette première victoire. Je veux qu’on gagne pour nous, pour nos supporters, pour ce club qui a été huit fois champion de France. Nous devons aller à Castres avec une grande envie, des ambitions et un état d’esprit revanchard.» Histoire de laver l’affront du 5 septembre dernier (défaite 22-26), retrouver le sourire, et enfin lancer cette maudite saison 2020-2021.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?