Une grande échéance pour un petit chelem

  • Julien Blanc et les Brivistes ont l'occasion de se donner encore plus d'air au classement
    Julien Blanc et les Brivistes ont l'occasion de se donner encore plus d'air au classement Icon Sport
Publié le

Jusqu’à présent, le CABCL a remporté tous ses matchs face à des rivaux directs. Réussira-t-il la passe de cinq face à des Héraultais piqués au vif ?

Au terme de la phase aller, le CABCL compte vingt-trois points. S’il conserve ce rythme sur la deuxième partie de championnat, il devrait dépasser à l’arrivée, le cap, généralement salvateur, des quarante unités.

Mais au regard de la densité de la bataille pour éviter la fameuse treizième place, ce temps de passage, relativement acceptable, ne garantit rien pour les Corréziens. James Coughlan ne s’en contente pas, en tout cas : «Je ne suis pas satisfait de notre classement», déplore l’entraîneur de la défense, remonté après la sévère défaite à Paris. Ce revers est venu mettre un terme à une belle série de trois victoires et confère à la réception de Montpellier une importance encore plus grande. De plus, les Héraultais, en s’inclinant à la maison contre Toulouse, la veille, avaient entériné leur participation à la lutte pour le maintien. Le Stadium va donc être le théâtre d’une confrontation inattendue entre concurrents directs.

Jusqu’à présent, les hommes de Jeremy Davidson se sont d’ailleurs affirmés comme les patrons de ce club des six. Il n’est pas question, là, de leur neuvième place au classement très provisoire - seul Brive ne compte pas de matchs de retard - mais de leurs résultats. A l’exception du MHR à l’aller - mais à l’époque, Montpellier était considéré comme un prétendant au top 6, ils ont vaincu chacun de leurs rivaux de la deuxième partie de tableau : Bayonne (42-23) et Pau (19-13) avaient d’abord été dominés sur le terrain Amédée-Domenech sans prendre le moindre point ; puis, à l’extérieur, Agen (6-15) et Castres (24-25) avaient ensuite rendu les armes face aux Noir et Blanc.

Des facteurs x absents devant

De là à tirer de ces quatre résultats positifs une règle d’or valant pour la rencontre de dimanche ? En aucun cas mais ces précédents mettent tout de même en lumière des qualités propres aux Brivistes. Au-delà de l’organisation de leur défense ou de leur abnégation collective, ils peuvent compter sur des individualités à même de faire basculer ces matchs couperet dans les moments clés : les épatantes qualités de grattage de Saïd Hirèche, le pied droit d’orfèvre de Thomas Laranjeira ou encore le talent offensif d’un Stuart Olding ou d’un Axel Muller constituent autant d’atouts précieux à l’heure de forcer la décision.

Un nouveau duel à couteaux tirés se profile ce dimanche. Pour l’occasion, la difficulté de la tâche des Corréziens est relevée par les absences de plusieurs fers de lance devant, à commencer par Fa’aso’o et Giorgadze, mais Olding et Laranjeira devraient être de la partie dans les lignes arrière. Avec le retour de ses maîtres à jouer, le CABCL accomplira-t-il son petit chelem en vainquant un cinquième concurrent direct de suite cette saison ? Ce succès vaudrait assurément très cher par la suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?