Falempin (MyProtein) : « Notre marque se tourne vers le rugby »

  •  « MyProtein se tourne vers le rugby »
    « MyProtein se tourne vers le rugby » MyProtein
Publié le , mis à jour

Leader européen des compléments alimentaires, la marque anglaise, présente dans le monde entier et déjà bien ancrée dans le monde du rugby à XIII, et se tourne aujourd'hui vers le XV.

Pourriez-vous présenter la société MyProtein en quelques mots ?

MyProtein a été créée en 2004 en Angleterre. A l’origine, elle était très axée sur le body-building. Mais l’idée était déjà de proposer des protéines de qualité à bas prix. Pour proposer ces prix, il n’y a pas de mystère: nous achetons en très grande quantité et nous reconditionnons tout nous même, en interne, sans le moindre intermédiaire. Nous nous chargeons de tout jusqu’à la livraison à la porte du client. La société s’est ensuite dévelloppée en France, en Italie, en Allemagne et en Espagne à partir de 2012, et aujourd’hui la société est dans le monde entier. Nous nous développons en Asie, notamment au Japon et en Corée, ainsi qu’en Amérique du Sud et en Australie. Nous sommes numéro un en Europe. 

Aujourd’hui, MyProtein se tourne vers le rugby ?

La société se tourne vers le rugby effectivement, mais surtout le sport en général. Nous voulons être le partenaire de chaque personne active, afin de les aider à atteindre leurs objectifs, quels qu’ils soient. Cela peut concerner des rugbymen qui veulent être plus efficaces sur le terrains, ou des combattants qui doivent s’astreindre à des diètes très dures mais aussi pour les sportifs modérés qui veulent garder une hygiène de vie saine.

Vous avez toutefois signé nombre de partenariats avec des équipes de rugby...

C’est vrai. MyProtein est une marque basée dans le nord de l’Angleterre, une terre de rugby à XIII. Nous collaborons donc avec plusieurs équipes de rugby league: les Warrington Wolves, Saint Helen, Wigan, etc... ainsi que les Dragons Catalans. Sur le rugby à XV, nous travaillons avec les Sharks de Sale et avons travaillé avec la sélection écossaise.  Nous n’avons pas encore d’équipe à XV en France. Nous voulions signer des joueurs mais les contrats qui les lient à leur club les en empêche.

Quel compléments nutritionnels suggéreriez-vous à un rugby amateur ?

D’abord une protéine en poudre dite de «Whey», qui va permettre de construire du muscle et de mieux récupérer après les séances. C’est l’incontournable. On pour coupler ces protéines à de l’avoine instantanée, pour augmenter les apports en glucides qui donneront de l’énergie. Enfin, comme le rugby est un sport de force, je recommanderais un apport de créatine, qui donne de l’énergie à très très court terme, sur des efforts courts et explosifs.

La créatine n’est elle pas interdite en France ?

Elle l’a été dans les années 90, et elle ne l’est plus. Malgré tout, elle est restée stigmatisée. Pour autant, c’est le produit qui a été le plus étudié dans le monde. On n’y a jamais rien trouvé quoi que ce soit de dangereux. On trouve de la créatine dans la viande, par exemple. Les gens l’assimile aux stéroïdes, or c’est totalement faux. La créatine aide simplement à la synthèse d’ATP, l’adénosine triphosphate. Il n’y a rien de dopant, et ce n’est plus interdit.

Pourquoi prendre des compléments alimentaires en définitive ?

Ce n’est pas obligatoire en effet. Et une presonne qui se nourrit bien aura les mêmes performances qu’une autre qui en prend. La seule chose, c’est que ce sera plus compliqué d’atteindre ces apports journaliers. Par exemple, un rugbyman amateur qui travaille n’a pas le temps de cuisiner des collations, ou de prendre des en-cas toutes les deux ou trois heures en marge de son activité professionnelle . Nos proposons donc des produits simples et sains qui permettent d’offrir ces apports.sans avoir à passer son temps à cuisiner. 

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?