Le RC Vannes veut rester sur sa lancée

  • Les Vannetais n’en finissent plus d’impressionner. Face à Provence Rugby, le RCV voudra poursuivre sa belle dynamique. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Les Vannetais n’en finissent plus d’impressionner. Face à Provence Rugby, le RCV voudra poursuivre sa belle dynamique. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Les six essais inscrits à Béziers ont forcement interpelé Provence Rugby, prochain invité à la Rabine ce vendredi. Une visite attendue par les Vannetais qui ont bien l’intention de rester sur leur petit nuage.

"Tout va très bien Madame la Marquise" avait chanté en son temps Ray Ventura. Les premiers mots de la chanson s’appliqueraient presque idéalement à cette équipe du RC Vannes qui continue de vivre dans une euphorie. Une certaine euphorie qui ne masque pas pour autant les réalités, notamment la longueur du parcours en Pro D2 qui est un marathon où il faut du souffle pour tenir la distance. L’encadrement technique du RCV se charge de rappeler autant que de besoin, que les résultats, la place au classement ne doit pas rendre aveugle le collectif et lui faire perdre de vue certains impératifs. Il ne faut donc pas prendre pour argent comptant la victoire à Béziers, mais en relativiser le contenu. "Nous avons été sous pression en première période, mais très réalistes dans la seconde, dans un match où l’arbitre a laissé jouer et n’a pas sifflé toutes les 40 secondes. Avec 40 minutes de jeu effectif, nous avons pris du plaisir" confessait mercredi Jean-Noël Spitzer lors de la visioconférence hebdomadaire.

Il est clair que le succès dans l’Hérault a renforcé moralement le collectif qui baigne depuis plusieurs semaines dans ce climat de confiance. "On s’explique difficilement toutes nos victoires, confesse Branden Holder le centre du RCV auteur de 3 des 6 essais dimanche dernier. On sait que nous avons les moyens de matcher à l’extérieur. Il y a quelque chose de spécial dans ce groupe. Cette confiance nous vient non seulement de nos résultats, mais également des stages de préparation que nous avons faite ensemble. On serre les dents quand il faut les serrer et on affiche notre bonheur de jouer, de nous faire plaisir. Il y a une énorme envie."

Saine concurrence

Pour Rémi Sénéca le pilier gauche, revenu au jeu après plusieurs semaines de soins (entorse du coude), "la réussite du RCV est encore liée à une saine concurrence qui nous fait progresser". Personne n’est propriétaire de son poste. Jouer, c’est afficher être le meilleur au poste en temps donné. Ne pas jouer, c’est redoubler d’efforts aux entraînements, auxquels Jean-Noël Spitzer attache beaucoup d’importance. C’est le juge de paix pour composer son groupe. L’ancien Castrais Morgan Phélipponneau ne dit pas autre chose en mettant en perspective les défaites face à l’Usap et à Biarritz à domicile et les performances extérieures. "On supporte mieux la pression hors nos frontières qu’à la maison. Et après Biarritz, il y avait beaucoup de regrets."

Bien que sur le podium à une enviable deuxième place, le RCV est encore en apprentissage dans certains domaines selon son patron. Ceux qui l’avaient fait chuter à l’aller. "Aix avait ciblé quelques zones pour nous contrer, zones sur lesquelles nous sommes aujourd’hui en progrès." Il en a ciblé quatre sans dire mot davantage. Pour mieux piéger à son tour Provence Rugby ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?