Clermont : Perdus...

  • À l'image de George Moala, les Clermontois ont été trop imprécis pour s'imposer contre l'UBB
    À l'image de George Moala, les Clermontois ont été trop imprécis pour s'imposer contre l'UBB Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Entre des entames apathiques et une gestion du money-time catstrophique, l’ASM s’est encore sabordée entre nervosité, pure bêtise et totale désorganisation.

Quelques heures après cette troisième défaite des Auvergnats sur leurs terres en Top 14, Toulon et Lyon allaient avoir la mauvaise idée de ne pas faire beaucoup mieux à Brive et contre Pau. Probablement les seules bonnes nouvelles de la journée puisque, sur le plan comptable, les Clermontois n’auront au moins rien cédé à leurs concurrents. Reste qu’à la fin de leur rencontre, les hommes de Franck Azéma n’imaginaient certainement pas pareil scenario. Et tiraient légitimement une gueule d’enterrement, après cette nouvelle fin de match rocambolesque qui a tourné, comme toujours ou presque cette saison, contre eux… Et il devient difficile de parler de hasard, face à cette récurrence. «C’est dur de construire comme ça, déplorait Franck Azéma. Construire, démolir, repartir à zéro, remonter... Chaque fois que tu es en passe de valider des choses, bim, il faut que tu reviennes. Cette saison, on apprend en prenant des gifles dans la gueule et franchement, ça fait chier.» 

Des boulettes en cascade

Cela d’autant plus que cette fois, les Auvergnats n’avaient pas l’excuse d’une équipe amoindrie, encore moins d’un pack décimé… «Ce n’est pas possible, rageait le talonneur Adrien Pélissié. Un coup on est à 200, un coup on est à 50. On n’a aucune constance et cela nous coûte trop cher.» Voilà pourquoi, au-delà de ces deux entames de mi-temps catastrophiques, la désillusion de la fin de match n’en faisait que plus mal. Parce que l’ASM comptait tout de même 7 points d’avance à 6 minutes de la fin d’un match qu’elle devait terminer en supériorité numérique. «Dire qu’on a été fébrile, le mot est faible», grinçait le capitaine Camille Lopez. Parce qu’à partir de là, c’est en effet toute l’ASM qui s’est perdue, entre nervosité, pure bêtise et désorganisation.

Au sujet de la nervosité ? Il y eut bien sûr ces deux fautes grossières d’Alexandre Fischer, à la 75e puis à la 78e, ou ce pinaillage du pilier Cristian Ojovan (79e), paniquant puis reposant le ballon à l’appel strident de Camille Lopez. Sauf que les Bordelais n’ont pas été en reste dans le money-time, en ne trouvant pas une pénaltouche décisive après avoir concédé un carton jaune par Roumat. Au sujet du manque d’intelligence? Idem, puisque si l’UBB commit une erreur grossière en choisissant de négocier à 7 contre 8 la dernière mêlée du match (et en se faisant retourner comme de juste…), les Clermontois n’ont pas été des plus lumineux lorsque Yato choisit de démarrer derrière cette même mêlée, alors qu’y maintenir le ballon aurait ramené à coup sûr une pénalité. 

Encore pris sur les extérieurs...

Voilà pourquoi, au final, c’est malheureusement davantage dans un certain manque d’organisation (pour ne pas dire d’investissement...) qu’il faudra rechercher la faille côté clermontois. Parce qu’on n’explique pas autrement que le soutien de Vahaamahina et Ojovan sur Peni Ravai se soit montré si inefficace sur ce qui aurait dû être l’ultime séquence de pick and go du match, permettant à Kane Douglas de contester le ballon. Parce que les faiblesses défensives clermontoises sur les extérieurs sont définitivement trop patentes, pour permettre au même jouer d’inscrire deux fois l’essai de la gagne dans les arrêts de jeu. Et pour tout dire parce qu’il n’est pas tout à fait normal, à ce niveau, de voir entre 4 et 5 défenseurs battus sur la seule transmission entre le 9 et le 10, fut-elle si proche de la ligne d’en-but... 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?