L'enseignement du week-end : un premier soulagement pour Philippe Saint-André avec le MHR

  • L'enseignement du week-end : un premier soulagement pour Philippe Saint-André avec le MHR
    L'enseignement du week-end : un premier soulagement pour Philippe Saint-André avec le MHR Icon Sport
Publié le

Après neuf défaites consécutives, toutes compétitions confondues, Montpellier a brisé cette spirale négative.

Je vais enfin pouvoir passer un bon dimanche en famille. ça fait longtemps que ça n’est pas arrivé.» Philippe Saint-André était soulagé après la victoire de Montpellier face au Stade français. La première depuis que le président Mohed Altrad lui a signifié de reprendre l’entraînement d’un MHR qui n’avait plus gagné depuis le 4 décembre, se retrouvant mal embarqué dans la lutte pour le maintien. Philippe Saint-André a ainsi pu renouer avec un bonheur qu’il n’avait plus connu en Top 14 depuis le 23 avril 2011, lorsque Toulon s’était imposé face à Perpignan lors de la 25e journée... avant de manquer les phases finales en perdant à Montpellier. 

Ce bonheur fuyait sa nouvelle équipe qui enchaînaient les désillusions depuis début décembre, battue bien trop souvent dans les dernières minutes. « C’est mérité par rapport à l’investissement des joueurs qui ont enchaîné cinq défaites avec moi. Nous avons perdu de deux points, de quatres points, d’un point, à chaque fois de très peu et avec cette victoire notre goal-average est positif. Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut se croire arrivé. La situation est toujours compliquée et on ne lâchera rien [...] Je veux féliciter les joueurs car c’était très dur pour eux de perdre autant de match dans le money time. »

En attendant des jours meilleurs

Philippe Saint-André peut maintenant espérer avoir fait le plus dur en cassant cette spirale négative qui entraînait le MHRdangereusement vers le fond. Cette victoire face au Stade français, auréolée d’un bonus offensif, pourrait être le point de départ d’une nouvelle histoire même si le nouveau patron du sportif se montrait méfiant. « Bayonne a encore beaucoup de matchs en retard », soufflait-il pour mieux faire comprendre que Montpellier devait tout d’abord de concentrer sur ses résultats : « Si on s’en sort ça sera par nous-mêmes, donc il va falloir aller chercher des points. On se bat tous les week-ends pour en ramener. Le bonus offensif peut être important à la fin de la saison [...] On sait que l’on aura des jours meilleurs car nous avons encore vingt absents. Nous avons maintenant deux matchs énormes devant nous à Castres et à Agen. Dans notre situation, nous avons besoin de prendre des points en permanence. » 

Avec seize matchs au compteur, Montpellier a maintenant une meilleure visibilité sur le classement, puisque le MHR a disputé le même nombre de matchs que Brive, Pau et Castres, les trois équipes qui se trouvent juste devant au classement et qu’il faudrait rapidement rattraper pour éviter d’être la seule équipe sous la menace de l’Aviron bayonnais qui a encore deux balles supplémentaires dans son barillet. Les deux prochaines journées seront donc capitales face à des adversaires qui luttent aussi dans la deuxième partie du classement.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?