L'Oscar de la semaine : un « Urda » record

  • TOP 14

SAISON 2020.2021

A CASTRES

CASTRES CONTRE MONTPELLIER
    TOP 14 SAISON 2020.2021 A CASTRES CASTRES CONTRE MONTPELLIER Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Il y a des soirs comme ça, où les planètes s’alignent et où rien ne semble impossible. Benjamin Urdapilleta a connu cet état de grâce samedi, en éclaboussant la rencontre face à Montpellier de toute sa classe. Il y eut, bien sûr, ces trente-trois points marqués -sous la forme de deux essais, cinq pénalités et quatre transformations — qui permettaient à l’ouvreur argentin de devenir le joueur ayant inscrit le plus de points sur un seul match de Top 14, effaçant la marque codétenue par Cédric Rosalen (en 2006 avec Narbonne) et Benjamin Boyet (en 2012 avec Bourgoin). Mais samedi, on vit aussi et surtout à quel point l’Argentin est un bon joueur de rugby, capable d’animer avec justesse sa ligne d’attaque, de sentir les bons coups et de s’engouffrer dans les brèches pour mettre son équipe dans l’avancée. Son jeu au pied tactique s’est montré redoutablement efficace, il a su trouver avec sa patte de gaucher des angles impossibles, jouant à la perfection avec la géométrie du terrain pour déplacer l’arrière garde montpelliéraine. On l’a vu aussi distiller un amour de passe au pied par dessus la défense pour l’essai de son ailier Bastien Guillemin ou réussir une passe en profondeur de footballeur alors que le ballon roulait au sol en direction de Filipo Nakosi. Une inspiration géniale qui aurait méritait meilleure finition.

Le plus important au fond ? Même si l’enjeu de ce match était important, Urdapilleta a donné l’impression de ne pas le dramatiser outre mesure et a abordé cette rencontre par le bon bout : par le jeu, en s’amusant et sans pression. Sa sortie face aux journalistes fut dans la même veine. À la question de savoir si, du haut de ses 34 ans, sa prestation statosphérique était un message pour réhabiliter les « vieux », Urdapilleta répondit dans un éclat de rire : « C’est un message à mon président qui ne voulait pas me faire signer pour deux ans. Je veux lui dire : « tu n’as plus d’excuses maintenant ». » Réengagé fin janvier pour une saison supplémentaire avec le CO, «Benja» prouve qu’il a de encore de l’essence dans le moteur.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?