Le RC Vannes continue de dérouler

  • Pierre Popelin, placé à l'ouverture du RC Vannes, face au Stade montois
    Pierre Popelin, placé à l'ouverture du RC Vannes, face au Stade montois Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Soirée faste pour le RC Vannes. Outre un bonus offensif décroché contre Mont-de-Marsan, le club vannetais a également pris un nouveau point à Perpignan.

Avec six essais jeudi soir dernier, un nouveau bonus offensif, le RC Vannes est dans une certaine continuité. La manière dont il a bâti cette victoire sur Mont-de Marsan en a dit assez long sur l’étendue des capacités d’un collectif qui ne craint plus personne. Capacités mises à mal toutefois lors d’une période initiale que Jean-Noël Spitzer jugea insuffisante : « dans la construction. Jusqu’au 21-3 nous n’avions pas produit grand chose en fait si ce n’est un jeu au pied qui nous a amenés au plus près de la ligne d’en-but de Mont-de-Marsan. Après, nous avons été opportunistes et réalistes. Je préfère la seconde période », confessait à chaud un patron globalement satisfait du comportement de ses troupes. Il aurait pu l’être à moins….

Respect du jeu

Seconde période au cours de laquelle le RC Vannes s’est davantage appuyé sur la conquête pour sortir de son camp. « Nous avons mieux respecté le jeu avec quelques séquences de bonne intensité et une possession, dont la dernière s’achève avec l’essai de Rodrigo (Bruni) en bout de ligne. Nos enchaînements et nos séquences de possession ont mis Mont-de-Marsan en rupture », ajoutait encore le boss vannetais. Lequel notait au passage que son équipe avait aussi remporté les deux mi-temps. « C’était un objectif de le faire et de toujours mener au score pour ne pas sentir une réelle menace de l’adversaire. »

Julien Tastet : « on nous promettait l’enfer »

Avec une équipe remaniée en profondeur, cette équipe de Mont-de-Marsan a pour elle le mérite d’avoir laissé une jolie impression dans sa capacité à produire du jeu. Pour Julien Tastet son entraîneur, s’il y a des choses à redire sur le comportement défensif de son collectif, le sentiment de fierté prédominait. « J’ai vu de très bonnes choses sur le plan offensif avec certaines séquences qui auraient même mérité mieux. Nous n’avons pas hésité à sortir de notre camp en prenant des initiatives et donc des risques. Avec cette équipe là, on nous promettait l’enfer. Moi, j’ai vu une équipe de Mont-de-Marsan décomplexée. Je regrette seulement le premier quart d’heure où on prend des essais trop faciles.» L’homme était également heureux d’avoir vu certains de ses « marie louise » « se frotter à ce qui se fait de mieux en matière de rugby offensif en Pro D2. » Dans sa quête de maintien, cette équipe de Mont-de-Marsan ne devrait pas avoir trop d’angoisses à l’idée de renouveler son bail. Et c’est sans doute l’une des équipes les plus généreuses qui nous ait été donné de voir évoluer à la Rabine cette saison. Dans un registre plaisant et dans un rugby ouvert.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?