Rouen, tombeur de records

  • Rouen, tombeur de records
    Rouen, tombeur de records Icon Sport
Publié le

En s’imposant face à Nevers, Rouen a démontré qu’il n’était plus le petit promu et avance vers un maintien de plus en plus certain.

On avait été surpris face à Grenoble, enthousiastes contre Oyonnax, et face à Nevers, Rouen a bluffé l’auditoire.
D’une équipe moribonde en 2020, Rouen est devenue un effectif solide et dangereux de ProD2 en 2021. Bien sûr il reste des failles, réussir à garder un même rythme sur 80 minutes, éviter de s’emballer et rester pragmatiques dans les moments faibles.
Nevers de son côté, malgré une bonne entame, a vite perdu le fil passant à « un rugby de plage » , selon Xavier Pemeja, qui avance une mauvaise semaine de travail, n’hésitant pas à cibler des joueurs (trois changements à la pause et quatre autres à la 52e) et parlant d’une équipe jeune mais qui doit respecter le club et le niveau d’exigence du ProD2.

Du côté normand, on se satisfait de la prestation liée à un gros travail à l’entraînement, « On souffre mais ça paye », avoue le talonneur et capitaine Matthieu Bonnot.

Surtout, la mise en avant de Paul Surano est de plus en plus évidente, deux essais la semaine passée ce qui était déjà une première, trois essais cette semaine qui monte encore le niveau de l’ailier rouennais et qui rappelle le parcours canon d’un autre ailier du RNR, Gabin Villière. D’ailleurs le Rouennais avoue « entretenir de bonnes relations avec Gabin, on joue en ligne à COD (Call Of Duty) et on discute souvent, mais il est sur une autre planète au niveau rugby. »

10 points de pris en 3 matchs

La défense rouennaise est aussi exemplaire, réussissant sur sa ligne à bloquer les avancées adverses et à récupérer des ballons, en grattant ou en impactant causant de multiples en avants neversois.

De plus, elle parvient à bien scanner le terrain pour plaquer de partout et éviter que les actions adverses s’enclenchent.
Plusieurs joueurs commencent à prendre leur véritable mesure, Antoine Frisch a été très en jambes et actif sur les trois essais, Valentino Mapapalangi sait maintenant lâcher le ballon après avoir fait la différence et ne fait quasi plus de fautes, et les vingt premières minutes de Shay Kerry laissent entrevoir de belles choses.

Sur ce bloc difficile (Montauban Oyonnax, Nevers, Aurillac), Rouen a déjà pris 10 points en trois matchs, un record en ProD2, passant cinq essais et il reste un match. On attend avec grande envie la suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Par Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?